GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 6 Décembre
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Un compromis franco-allemand pour la taxe européenne des Gafa

    media Le Commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, s'est félicité de ce compromis franco-allemand. Ici, alors qu'il présentait le projet de taxation des Gafa à Bruxelles, le 21 mars 2018. REUTERS/Francois Lenoir

    Une taxe sur les Gafa pour plus de justice fiscale et sociale en Europe. C'est sur cela que veulent se mettre d'accord les Européens. Notamment pour calmer les mouvements contestataires comme les « gilets jaunes » en France. Les ministres des Finances de l'UE, réunis à Bruxelles ce matin, ont décidé d'avancer sur une proposition franco-allemande.

    Avec notre correspondante à Bruxelles,  Joana Hostein

    « Comment expliquer au chef d'entreprise française qui paie 30% d'impôt, que Google ou Facebook en paie deux fois moins ?, s'interroge le ministre français de l'Economie. D'autant plus dans un contexte aussi tendu ». Une allusion directe au mouvement des « gilets jaunes ».

    Bruno Le Maire défend depuis le début l'instauration d'une taxe sur le numérique. « Il y a un problème de fiscalité et de justice fiscale. Il ne faut pas accepter que ces grandes entreprises qui ont des niveaux de capitaux très élevés payent 14 points d'impôt en moins qu'une PME en France. »

    La France et l'Allemagne proposent de ne taxer que les revenus issus des ventes de publicité en ligne. Sans toucher à la revente de données notamment. Une assiette bien plus réduite. Mais Berlin ne voulait pas provoquer les Etats-Unis, avec une taxe trop large qui viserait en fait les géants de l'internet américains.

    Les Européens doivent maintenant se mettre d'accord sur la base de cette proposition. Et il faut aller vite, selon Pierre Moscovici, le Commissaire européen à la Fiscalité. « Il faut conclure là-dessus avant les élections européennes. Nos concitoyens ne supportent pas que ces grandes entreprises numériques payent peu d'impôt là où elles créent de la valeur et des profits. Elles doivent payer tout justement leur juste part d'impôt. », plaide-t-il.

    Reste à convaincre 4 pays, l'Irlande, le Danemark, la Suède, et la Finlande parce qu'au niveau européen, il faut l'unanimité sur ces questions de fiscalité.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.