GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 6 Décembre
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    COP24 en Pologne: «Ne pas trahir les générations futures»

    media Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, à la COP24 le 3 décembre 2018. REUTERS/Kacper Pempel

    « Ne pas trahir les générations futures » c'était le message de la deuxième journée de la conférence des Nations unies pour la lutte contre le changement climatique (COP24). Celle-ci se tient à Katowice, en Pologne et doit permettre d'établir les règles d'application de l'accord de Paris, visant à limiter le réchauffement de la planète. La Banque mondiale a d'ores et déjà annoncé une mobilisation de 200 milliards de dollars à partir de 2021 pour s'engager dans cette lutte contre le changement climatique. Et lors de cette deuxième journée, certains invités exceptionnels ont tenu également à faire part de leur engagement en faveur de la planète.

    L'ancien gouverneur de Californie, Arnold Shwarzenegger, était l'invité surprise de la COP24 en Pologne. Il a qualifié les énergies fossiles de « mal absolu ». Mais il a surtout rappelé que, si Donald Trump s'était retiré de l'accord de Paris, ça n'était pas le cas de tous aux Etats-Unis : « Si vous regardez au-delà de Washington, vous verrez qu'il y a des Etats et des villes avec des gouvernements locaux, qui contrôlent 70% de nos émissions de gaz. Et vous verrez le travail extraordinaire qui est fait au niveau local aux Etats-Unis. Les Etats et les villes sont toujours dans l'accord de Paris. »

    Initiatives individuelles à l'honneur

    Ces initiatives locales mais aussi individuelles étaient d'ailleurs à l'honneur lors de cette deuxième journée de la COP24. De son côté, le journaliste et scientifique britannique David Attenborough n'était pas seulement venu annoncer le pire : « Actuellement, nous faisons face à un désastre causé par l'homme à l'échelle mondiale. La plus grande menace depuis des millénaires : le changement climatique. Si nous n'agissons pas, l'effondrement de nos civilisations et l'extinction d'une grande partie de la nature sont proches. »

    « La place du peuple »
     
    Il a présenté à Katowice l'initiative intitulée « La place du peuple » pour que chaque citoyen du monde entier prenne part à la COP24 et s'inscrive également à la messagerie Facebook interactive de l'ONU, « actnow.bot », afin de montrer aux dirigeants du monde que les citoyens sont conscients qu'ils ont également un rôle à jouer.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.