GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 6 Décembre
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Début de l'examen de l'accord sur le Brexit au Parlement britannique

    media La tâche s'annonce compliquée pour la Première ministre Theresa May (ici le 22 novembre dernier) devant le Parlement britannique. AFP

    C'est ce mardi que commence devant le Parlement le débat sur l'accord conclu entre Londres et Bruxelles, pour le Brexit. Une semaine de débat avant un vote majeur mardi prochain. Rien n'est acquis. La Première ministre Theresa May est face à un vrai casse-tête.

    Ce casse-tête tient en un chiffre : 320, c’est le nombre de voix que Theresa May doit obtenir pour faire passer le texte. Sauf qu’avant même les huit heures de débat prévues chaque jour pendant une semaine, 90 conservateurs ont clamé leur opposition.

    C’est déjà non, aussi, et en bloc, pour son allié nord-irlandais, le petit parti unioniste DUP, et pour les europhiles du Parti libéral-démocrate, les députés écossais indépendantistes.

    Alors la Première ministre britannique va sans doute chercher à convaincre des travaillistes. La consigne pour eux, c’est de rejeter le texte, mais il y aura bien des défections. Est-ce que ça sera suffisant ? C’est très loin d’être sûr.

    Critiqué de toute part

    Le « meilleur accord possible qui répond aux attentes du peuple britannique », c’est comme ça que la Première ministre a l’intention de le défendre devant le Parlement. « Cette œuvre d’art diplomatique », comme l’appelle Angela Merkel, est pourtant critiqué de toute part. Par ceux qui rêvent encore de faire marche arrière sur le Brexit, par ceux qui jugent l’accord proposé bien trop loin d’une rupture franche.

    Reste à Theresa May la dramatisation : la Première ministre a déjà évoqué « un moment important » de l'histoire du Royaume-Uni.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.