GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 6 Décembre
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    La ville de Vienne veut inciter les touristes à délaisser leurs smartphones

    media La ville de Vienne veut inciter les touristes à moins utiliser leur smartphone pour mieux profiter de la ville. Noam Galai/WireImage

    L’office de tourisme de Vienne a lancé, fin octobre, une campagne de publicité originale qui se termine cette semaine. Elle encourage les voyageurs venant découvrir la capitale autrichienne à délaisser leurs smartphones et les réseaux sociaux, le temps de leur visite.

    C’est une expérience vécue par tous : se retrouver au milieu d’une foule de touristes qui se prennent en photo devant l’oeuvre ou le monument que l’on est venu admirer. C’est pour lutter contre ce phénomène que l’office de tourisme de Vienne a lancé, il y a un peu plus d’un mois, une campagne de publicité. Des affiches, distribuées en Allemagne et en Angleterre, mettent en scène des touristes qui se photographient devant les lieux emblématiques de la capitale autrichienne. Et le texte est explicite : « Profitez de la ville derrière vos photos ».

    L’office de tourisme prête également aux visiteurs des appareils qui ne permettent de prendre que dix clichés. Même le fameux musée du Belvédère, à Vienne, a participé à cette campagne. Pendant trois jours, le tableau Le Baiser de Gustav Klimt a été remplacé par une copie, sur laquelle un hashtag rouge cachait la peinture. L’original était dans la salle suivante. Car comme pour La Joconde au musée du Louvre, certains visiteurs ne viennent au Belvédère que pour cette salle, que pour ce tableau.

    Un vrai succès

    Cette campagne aura au moins permis de créer le débat sur l’omniprésence des selfies et des réseaux sociaux lorsqu’on visite. Le but de l’office de tourisme n’est pas d’interdire aux visiteurs de prendre des clichés mais de les inviter à le faire avec parcimonie. Et cela pour qu’ils profitent pleinement de la ville, comme l’explique Helena Hartlauer, de l’office de tourisme de Vienne. « Cette campagne s’adapte à l’ADN de Vienne, une ville décrite par beaucoup comme paisible. Je crois que cette campagne rappelle aux gens que Vienne est une ville où l’on prend vraiment son temps, où on apprécie chaque moment et elle les invite à se concentrer sur cela, plutôt que sur le nombre de photos que l’on peut prendre en une journée ».

    Cette campagne, baptisée « Unhashtag Vienna », c’est à dire Vienne sans hashtag, a en tout cas été très commentée dans la presse et sur les réseaux sociaux en Angleterre et en Allemagne, les deux pays où elle se déploie.

    Vienne n'en est pas à son premier coup d'essai

    Il y a un an déjà, on avait parlé dans le monde entier de leur campagne qui célébrait le centenaire de la mort d’Egon Schiele, artiste autrichien décédé en 1918. Les affiches initiales représentaient des nus peints par Schiele mais plusieurs villes les avaient censurées car jugées trop impudiques.

    L’office de tourisme avait donc relancé la campagne avec les mêmes nus mais un bandeau cachait les parties intimes des modèles, bandeau qui arborait ce message : « Désolé, âgé de 100 ans mais toujours trop osé ». Cela avait finalement fait beaucoup de publicité pour les expositions viennoises consacrées à Schiele. Sans doute, l’office de tourisme espère-t-il, avec la campagne « Unhashtag Vienna », produire les mêmes effets.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.