GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    [Portrait] Annegret Kramp-Karrenbauer, l'héritière de Merkel à la tête de la CDU

    media Annegret Kramp-Karrenbauer est considérée comme une fidèle et l'héritière de la chancelière Angela Merkel. REUTERS/Fabrizio Bensch

    Annegret Kramp-Karrenbauer incarnera désormais les chrétiens démocrates en Allemagne. Elle a été élue vendredi 7 décembre à la tête de la CDU, le parti d'Angela Merkel, à l’issue d’un scrutin serré. Elle n'a obtenu que 52% des voix face à ses deux rivaux Friedrich Merz et Jens Spahn. Elle va reprendre les rênes du parti après 18 ans de règne d'Angela Merkel. Mais qui est celle qui est considérée comme la dauphine de la chancelière allemande ? Portrait.

    « Mini-Merkel » ou « Merkel bis » : celle qu’Angela Merkel a choisie comme sa dauphine en la nommant secrétaire générale de la CDU au printemps dernier a dû depuis subir de la part de ses adversaires ces critiques un peu simplistes.

    Annegret Kramp-Karrenbauer, ou AKK, par son style, dans la retenue et dans son côté rassembleur, rappelle sans doute l'actuelle chancelière. Mais les différences existent. Par son parcours d’abord, relate notre correspondant, Pascal Thibaut.

    Après Angela Merkel, ex-Allemande de l’Est, protestante et sans enfants, c’est à nouveau une personnalité de l’Ouest, plus exactement de la Sarre à la frontière avec la France, qui reprend le flambeau. AKK, 56 ans, mariée et mère de trois enfants, vient d’une famille catholique et cette pratiquante a été marquée par la doctrine sociale de l’Église.

    Cette influence s’illustre dans ses positions sur les questions sociales mais aussi sur des sujets de société comme l’avortement ou le mariage pour tous, questions sur lesquelles elle est plus conservatrice qu’Angela Merkel. C’est aussi le cas sur les questions de sécurité et de migration.

    Expérimentée et pragmatique

    Annegret Kramp-Karrenbauer a été la première femme en Allemagne à diriger un ministère de l’Intérieur, dans sa région. Elle a dirigé ensuite la Sarre pendant sept ans et dispose d’une longue expérience gouvernementale.

    « Elle est plutôt modérée dans l’ensemble, explique Hélène Miard-Delacroix, professeur d'histoire et de civilisation de l'Allemagne contemporaine à Sorbonne Université depuis 2008. Elle a des positions assez marquées très traditionnelles pour l’Europe et pour une approche très pragmatique des problèmes. »

    « Même si elle parait une créature de madame Merkel et qu’elle parait un peu novice au niveau fédéral, c’était, des candidats, celle qui avait la plus grande expérience. Ça fait vingt ans qu’elle est au Parlement de Sarre et elle a dirigé le gouvernement régional pendant de nombreuses années. Elle a su faire avec des partenaires différents avec les libéraux en grande coalition. Donc c’est quelqu’un qui a une vraie expérience de terrain et de ce point de vue n’est pas complètement une débutante. »

    « Ce n’est pas une idéologue, c’est une pragmatique et elle est assez rassurante, précise l'historienneHélène Miard-Delacroix. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle a été élue, c’est parce que c’est une femme sympathique. “ Elle est comme nous ” disent les gens en Sarre et ça reflète assez bien cet électorat de la CDU ».

    Défis à venir

    AKK, qui avait abandonné son poste au printemps pour devenir secrétaire générale, a été à la rencontre d’une base mécontente d’être trop peu écoutée. Avec le résultat serré vendredi, elle devra désormais prouver qu’elle peut réconcilier une CDU divisée. Or, la nouvelle présidente de la CDU sera, sauf accident, la prochaine candidate à la chancellerie de son parti.

    Le parti chrétien-démocrate avec une campagne électorale interne avec trois candidats a repris des couleurs. Des discussions redeviennent possibles et rendent le mouvement plus attractif. La CDU est remonté ces dernières semaines dans les sondages. Le parti devra confirmer cette tendance l’an prochain avec quatre scrutins régionaux et des européennes et récupérer des électeurs séduits par l’extrême-droite.

    Au-delà, Angela Merkel pourra-t-elle rester au pouvoir comme elle le souhaite jusqu’en 2021 malgré une relation cordiale avec Annegret Kramp-Karrenbauer ? Pour s’imposer lors des prochaines élections, un passage de relais en amont à la chancellerie peut être nécessaire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.