GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Mai
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • La justice européenne rejette le pourvoi de Mme Le Pen qui contestait le remboursement de 300 000 euros au Parlement européen
    • Le gouvernement britannique repousse le vote des députés sur son nouveau projet de loi sur le Brexit prévu début juin
    • Mondiaux d'athlétisme au Qatar : Nasser Al-Khelaïfi, patron du PSG, mis en examen pour « corruption active » (source judiciaire)
    • Décès de la Britannique Judith Kerr, auteure du célèbre «Tigre qui s'invita pour le thé», à l'âge de 95 ans (maison d'édition)
    • Contraint de se passer d'Android, Huawei prépare son propre système d'exploitation pour la fin de l'année (CNBC)
    • États-Unis: une tornade fait trois morts à Golden City dans le Missouri (autorités)
    • Huawei: «protestation solennelle» de Pékin auprès de Washington (ministère)
    • France: la loi Pacte prévoyant la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP) a été promulguée (Journal officiel)
    • Commerce international: la Chine déclare attendre de la «sincérité» des États-Unis avant de reprendre les négociations
    • British Steel-Ascoval: «La partie n'est pas perdue et nous allons la gagner» (Edouard Philippe)
    • Européennes: ouverture des bureaux de vote au Royaume-Uni
    Europe

    Albanie: les étudiants se mobilisent pour une baisse des frais de scolarité

    media Des milliers d'étudiants se sont mobilisés devant le ministère de l'Education à Tirana, le 11 décembre. REUTERS/Florion Goga

    Des milliers d'étudiants albanais ont participé mardi 11 décembre à Tirana à la plus grosse manifestation depuis le début de leur mouvement la semaine dernière pour demander une baisse de leurs frais de scolarité. Entamée il y a une semaine, cette mobilisation étudiante est inédite dans les universités depuis les manifestations de 1990 contre le régime communiste.

    Epaulés par quelques centaines de lycéens, les étudiants ont manifesté notamment devant le ministère de l'Education, jetant des œufs, certains tentant de brûler les drapeaux des trois principales formations politiques du pays.

    « Réduisez les frais ! », « Nous voulons du travail, de l'éducation ! », « Nous sommes unis, la politique veut nous diviser ! », ont scandé les manifestants dont beaucoup portaient des drapeaux albanais et européens.

    Initialement, ils entendaient protester contre la facturation des examens de rattrapage, mesure à laquelle le gouvernement a vite renoncé. Mais leurs revendications se sont étoffées: baisse des frais de scolarité, hausse du budget de l'Education, meilleure représentation dans les universités, lutte contre la corruption du corps professoral pour obtenir un diplôme, etc.

    Conditions de vie et frais de scolarité

    « Les manifestations ne portent pas que sur cette loi qui facture notamment les examens, explique Bora Mima, étudiante en histoire. Nous sommes arrivés à la faire annuler. Mais aujourd'hui nous dénonçons bien d'autres choses. Les conditions de vie dans les résidences universitaires par exemple, pour lesquels il n'y a pas eu d'investissement depuis plus de 30 ans. Les étudiants doivent payer pour chaque besoin basique: de l'eau chaude, des toilettes. Les étudiants doivent attendre des heures à faire la queue pour prendre une douche. Les conditions de vie pour les étudiants en Albanie sont médiévales. »

    Au-delà des conditions de vie, Bora Mima rappelle que les frais de scolarité sont désormais au cœur de la mobilisation étudiante. « Mais les demandes principales est de diviser par deux les frais d'inscription. Nous voulons que le gouvernement investisse en notre avenir. Ce que le nouveau projet de loi prévoyait était de se débarrasser des dépenses d'éducation. Comme si la formation était un service payant et non pas un droit. C'est ce qu'ils essaient de nous faire accepter. »

    Dans les universités publiques, qui accueillent quelque 110 000 étudiants, les frais de scolarité varient de 160 à 2 560 euros, somme importante dans ce pays pauvre où le salaire moyen est de 350 euros environ. Le budget de l'Education ne pèse que pour 3,3% du Produit national brut de ce pays parmi les plus pauvres d'Europe. Un jeune sur trois est au chômage (contre 14% au niveau national), une situation qui nourrit un exode massif.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.