GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Nouvelle frappe israélienne contre des cibles du Jihad islamique à Gaza (armée)
    Europe

    Brexit: la survie politique de Theresa May sur la sellette au Parlement

    media Theresa May s'est exprimée ce mercredi 12 décembre en prévision du vote de défiance dont elle est la cible au sein de propre parti. REUTERS/Peter Nicholls

    La Première ministre britannique Theresa May, fragilisée par sa décision de repousser le vote sur l'accord du Brexit, devra se soumettre ce mercredi 12 décembre à un vote de défiance dans les rangs de son parti. Si 158 des 315 élus conservateurs à la Chambre des communes votent la défiance, Theresa May sera renversée, ouvrant la course à sa succession.

    L’annulation du vote mardi a mis le feu aux poudres, rappelle notre envoyée spéciale à Londres, Anissa el-Jabri.

    Furieux, les députés ont même dû attendre pour savoir quand l’accord sur la sortie de l’Union européenne leur serait finalement soumis. Janvier, leur a dit Downing Street, mais toute la journée, la tension et les critiques sont montées de tous les côtés, tant des eurosceptiques que des europhiles. En off, on évoque de la « lâcheté », un « manque de courage », rapporte la BBC.

    Résultat, dans la soirée, la barre des 48 députés pour le dépôt d’une motion de censure a été atteinte. Il faut maintenant 158 voix à ces contestataires pour pouvoir censurer Theresa May. Si la Première ministre gagne ce vote, son autorité ne pourra plus être défiée avant un an.

    Si en revanche elle perd, il faudra ensuite que les conservateurs se mettent d’accord sur le nom d’un successeur. Et la tâche s’annonce extrêmement compliquée, tant aucun leader ne se profile. Sa déstitution ouvrirait la course à sa succession en plusieurs étapes dans les prochains jours et semaines, avec un nouveau Premier ministre nommé courant janvier.

    Se battre « de toutes ses forces »

    Theresa May n’a que quelques heures pour sauver sa position à la tête de son parti et a d’ores et déjà sorti les griffes.Dans une courte allocution devant le 10, Downing Street, elle s'est dit « prête à mener (sa) mission à bien » et ajoute qu'elle se battra de « toutes ses forces » pour ne pas perdre ce vote. « Un changement de dirigeant au sein du parti conservateur maintenant mettrait en danger l’avenir de notre pays et créerait de l’incertitude quand nous ne pouvons pas nous le permettre. »

    Si elle perd, dit-elle, son successeur n'aura d'autre choix que de repousser la date de sortie de l'Union européenne. « Un nouveau dirigeant n'aurait pas le temps de renégocier un accord de retrait et de le faire adopter au Parlement d'ici au 29 mars; de fait, une de ses premières décisions serait de prolonger ou d'abroger l'Article 50, différant voire stoppant le Brexit alors que nos compatriotes veulent que nous le poursuivions », a-t-elle déclaré.

    « Une élection à la tête du parti ne changerait pas non plus le cœur des négociations ou l’arithmétique parlementaire, a-t-elle poursuivi. Des semaines passées à nous déchirer ne feront que créer plus de divisions au moment où nous devrions être unis pour servir notre pays. Je me suis dévouée sans compter à la tâche depuis que je suis devenue Première ministre et je me tiens prête à finir le travail… »

    Mais ses détracteurs en ont assez, pour eux l’accord de Brexit actuel est mauvais, le Parlement votera de toute façon contre et ils veulent un nouveau leader pour reprendre la main face à Bruxelles quitte à sortir de l’UE sans accord, rapporte notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix.

    Une motion peu surprenante

    Pour Tim Paul Bale, professeur de sciences politique à l'Université Queen Mary de l'Université de Londres, cette motion de censure est loin d’être une surprise. « C’était devenu évident ces derniers jours, les députés étaient furieux contre Theresa May », explique-t-il.

    « Il était aussi devenu évident qu'elle ne serait pas capable d'arracher aux Européens des concessions suffisantes pour les conservateurs Brexiters. Elle est donc apparue incapable à leurs yeux de trouver un bon accord, donc il y a beaucoup de députés tories qui pensent désormais qu’on devrait donner une chance à quelqu’un d’autre de faire bouger les choses. »

    « Même ceux qui jusqu’ici soutenaient la Première ministre, du moins en public, voient cela comme une chance de voir s’il y a une autre solution. C’est vraiment difficile de croire qu’un nouveau Premier ministre puisse changer quelque chose. Mais il faut bien se rendre compte que la plupart des députés conservateurs sont aujourd’hui désespérés, ils sont dans un immeuble en feu et cherchent la sortie. »

    ♦ Modalités et conséquences du vote

    Le vote de défiance est déclenché car il a été demandé par au moins 15% du groupe tory au Parlement - soit 48 des 315 députés. Ils ont pour cela adressé une lettre au député qui préside le comité 1922, qui rassemble des députés sans portefeuille ministériel. Le président actuel de ce comité, Graham Brady, a confirmé mercredi que le seuil des 48 lettres avait été atteint. Les députés conservateurs décident du sort de la Première ministre à bulletin secret. Le vote sera organisé entre 18h et 20h TU mercredi à la Chambre des communes.

    Les candidats à son remplacement doivent être des députés conservateurs et bénéficier du soutien d'au moins deux collègues. Les députés conservateurs s'expriment ensuite lors d'une série de votes à bulletin secret, éliminant le candidat le moins populaire jusqu'à ce qu'il ne reste plus que deux candidats. Les deux noms sont alors soumis à un vote de l'ensemble des membres du parti conservateur, la campagne étant menée dans tout le Royaume-Uni durant plusieurs semaines. Sauf si l’un des deux candidats se désiste.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.