GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Août
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Aujourd'hui
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Scandale au Parlement hongrois

    media Manifestation spontanée devant le Parlement après l'adoption de lois controversées sur la justice et sur la flexibilisation du temps de travail, à Budapest, le 12 décembre 2018. REUTERS/Bernadett Szabo

    A Budapest mercredi soir, environ deux à trois mille personnes ont manifesté dans les rues contre le gouvernement de Viktor Orban. Une manifestation spontanée. Les Budapestois sont en colère après l'adoption par la droite nationaliste du Premier ministre Viktor Orban de lois controversées sur la justice et la flexibilisation du travail.

    Avec notre correspondance à Budapest, Florence La Bruyère

    Les manifestants ont exprimé leur colère après la modification du Code du travail qui permet aux employeurs du privé de faire effectuer à leurs salariés jusqu'à 400h supplémentaires par an, sans aucune garantie pour les salariés d'être payés. Selon Viktor Orban, cette loi est bénéfique pour les salariés. Mais deux de ses ministres ont révélé qu'elle avait été adoptée à la demande des industriels de l'automobile allemands qui ont plusieurs usines en Hongrie.

    Les manifestants ont aussi protesté contre la procédure de vote. Un vote qui selon l'opposition, serait entaché de fraude.

    Chaos au Parlement hongrois Le 12 décembre 2018. Les députés d'opposition ont tenté de bloquer le vote, en sifflant pendant de longues minutes. ATTILA KISBENEDEK / AFP

    On n'avait jamais vu un tel chaos au Parlement hongrois. Les députés d'opposition ont tenté de bloquer le vote, en sifflant pendant de longues minutes devant un Viktor Orban narquois, mais qui avait tout de même fait venir ses gardes du corps dans l'hémicycle.

    L'opposition n'a pas pu empêcher l'adoption des lois par la majorité de droite du Premier ministre. Un vote entaché de fraude, selon la députée d'opposition, Timea Szabo, du petit parti centriste Parbeszéd (Dialogue), car les parlementaires n'ont pas utilisé leur carte électronique individuelle, pourtant requise par le règlement.

    « Le vote est totalement illégitime ! On ne peut pas voter sans carte électronique, Car à ce moment là, un député du Fidesz peut très bien appuyer sur le bouton à la place d'un autre qui est absent ! »

    La première loi crée un nouveau tribunal, une Cour suprême dont les juges seront nommés et contrôlés par le gouvernement. C'est un coup de boutoir à l'indépendance de la justice. La deuxième loi, elle, autorise les heures supplémentaires dans le secteur privé, jusqu'à 400 heures par an.  L'employeur pourra payer ces heures 3 ans après qu'elles aient été effectuées. Des termes inacceptables pour l'ensemble des syndicats. Plus de 80 % des Hongrois seraient opposés à cette loi, surnommée la loi sur l'esclavage.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.