GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 22 Mars
Samedi 23 Mars
Dimanche 24 Mars
Lundi 25 Mars
Aujourd'hui
Mercredi 27 Mars
Jeudi 28 Mars
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Comores: Azali Assoumani réélu président dès le 1er tour selon la Céni avec 77% des voix ; l'opposition conteste le résultat
    Dernières infos
    Europe

    Brexit: Theresa May remporte le vote de défiance organisé contre elle

    media La Première ministre Theresa May devant le 10, Downing Street, le 12 décembre 2018. Oli SCARFF / AFP

    Par 200 voix contre 117, la Première ministre britannique conservatrice Theresa May a remporté ce mercredi soir le vote de défiance organisé au sein de son parti à l'initiative de députés hostiles à l'accord de Brexit conclu avec Bruxelles.

    Dans une courte déclaration devant sa résidence officielle, Theresa May s'est dit « ravie » de l'appui manifesté à son égard, qui permettra de « poursuivre la mise en oeuvre du Brexit pour le peuple britannique » et de « réunifier » le pays. La Première ministre a aussi assuré avoir « écouté » le nombre « significatif » de députés lui ayant retiré leur confiance.

    Deux cents députés conservateurs lui ont maintenu leur confiance, contre 117 souhaitant la voir partir malgré sa concession faite aux Brexiters à l'origine de la tentative de renversement qu'elle comptait quitter ses fonctions avant les législatives de 2022.

    Dans la matinée, Theresa May s'était montrée combative, faisant valoir que son départ et la nomination d'un nouveau Premier ministre risqueraient de retarder, voire d'arrêter le Brexit prévu le 29 mars 2019. Son remplaçant « n'aurait pas le temps de négocier » avec l'Union européenne, a-t-elle prévenu. L'argument lui avait permis de rallier à elle plusieurs ministres, y compris ceux dont le nom est évoqué pour lui succéder.

    Mais si Theresa May a gagné du temps, elle n'en a pas pour autant terminé avec le casse-tête du Brexit. Elle participera ces jeudi et vendredi à un sommet européen à Bruxelles où elle tentera désespérément d'arracher aux Vingt-Sept des « assurances juridiques et politiques » sur l'accord de Brexit à même de répondre aux inquiétudes du Parlement britannique, vent debout contre le texte. Car l'accord est à la fois vilipendé par les « Brexiters » qui craignent un arrimage permanent du Royaume-Uni à l'UE, et par les europhiles qui espèrent encore pouvoir faire marche arrière.

    Face à la perspective d'un cuisant échec, Theresa May avait annoncé lundi, à la dernière minute, le report du vote sur l'accord prévu le lendemain, promettant de le soumettre à nouveau aux députés avant le 21 janvier. Avant d'entamer une tournée européenne pour tenter d'obtenir des concessions. Mais ce mercredi, Berlin et Paris ont prévenu qu'il n'était pas question de renégocier.

    Le gouvernement de Theresa May est également sous la menace du dépôt d'une motion de censure par le Parti travailliste, principale formation d'opposition, avec le soutien des indépendantistes écossais du SNP.

    En attendant, chacun lit ce vote à sa façon. Chez les légitimistes, on se félicite.

    C'est très important de réaliser qu'en fait elle a eu en cette soirée un grand soutien, bien davantage qu'elle n'en a eu il y a deux ans quand elle a été désignée chef du parti et donc Premier ministre.

    James Brokenshire, secrétaire d'Etat aux Communautés et au Gouvernement local 13/12/2018 - par Anissa El Jabri Écouter

    Tandis que certains pointent une victoire en trompe-l'œil.

    C'est un très mauvais résultat pour la Première ministre et surtout bien pire que ce à quoi s'attendait Downing Street qui parlait de 70 voix contre, on est très au-dessus, de plus de 40 voix.

    Jacob Rees-Mogg, membre du Parti conservateur 13/12/2018 - par Anissa El Jabri Écouter

    Mais pour la chercheuse Sophie Loussouarn, maître de conférence à l'université de Picardie, Theresa May ressort bien « renforcée » de ce putsch interne.

    Aujourd'hui les complots contre sa présidence du Parti conservateur sont écartés et les candidats potentiels sont écartés du pouvoir. Elle apparaît finalement comme la personnalité politique la mieux à même de négocier la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne et elle est soutenue par Bruxelles qui souhaite qu'elle continue à mener à bien les négociations.

    Sophie Loussouarn, maître de conférence à l'université de Picardie 13/12/2018 - par Heike Schmidt Écouter

    →(Re)lire : Accord de Brexit: refus poli mais ferme de Merkel aux demandes de May

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.