GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Brexit: face à Theresa May, les Vingt-Sept restent inflexibles

    media Theresa May (dr.) en discussion avec le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, le 13 décembre 2018 à Bruxelles. REUTERS/Yves Herman

    Au lendemain de sa victoire face aux frondeurs de son camp conservateur, Theresa May est venue chercher quelques concessions auprès des Vingt-Sept lors du dernier Conseil européen de l'année qui se tient à Bruxelles ces 13 et 14 décembre. La Première ministre britannique est repartie quasiment les mains vides. Elle s'est heurtée à l'intransigeance des dirigeants européens dont certains ont semblé montrer des signes d’énervement, voire de lassitude.

    Avec notre envoyée spéciale à Bruxelles, Anastasia Becchio

    Theresa May a quitté le bâtiment du Conseil européen peu avant 21 heures ce jeudi, sans faire de déclaration. Elle venait de passer un peu plus de trois quarts d’heure avec ses vingt-sept partenaires européens pour les informer des difficultés qu’elle rencontre au Royaume-Uni à faire adopter son accord au Parlement.

     ► A (RE)ECOUTER : Theresa May rescapée, jusqu’à quand?

    C’est donc dans l’espoir de décrocher quelques concessions ou du moins des garanties supplémentaires qu’elle s’est adressée à ses homologues. Après un dîner de près de deux heures et demie, les Vingt-Sept ont publié un document en cinq points. Ils y réaffirment que l’accord de retrait ne peut être changé et la Première ministre britannique n'a obtenu qu’une simple reformulation de ce qui est déjà sur la table.

    « Je reste d’avis que madame May a trouvé un combat vertueux, courageux, mais les résultats ne sont pas là. Nous voudrions surtout qu’il n’y est pas l’idée au Royaume-Uni qu’il pourrait y avoir une renégociation de quelque sorte que ce soit », a déclaré à la presse le président de la Commission européenne.

    Jean Claude Juncker a dû remettre les points sur les i. Lorsqu’il a parlé de débat nébuleux au Royaume-Uni semblant critiquer Theresa May, il ne visait pas la Première ministre, ni sa position, mais les discussions à la Chambre des communes.

    Bruxelles se prépare au « no deal »

    Sur le point qui fait le plus débat outre-Manche, le « backstop », le mécanisme destiné à éviter le retour d’une frontière physique entre les deux Irlande, le Conseil européen souligne qu’il ne doit être que temporaire. Son président Donald Tusk a souligné que ce « backstop » n’était qu’une assurance et que s’il devait entrer en vigueur, l’UE négocierait rapidement avec le Royaume-Uni pour parvenir à un accord commercial large qui le remplacerait.

    Ces assurances seront-elles jugées suffisantes par les députés britanniques récalcitrants ? En tout cas, la Commission européenne se prépare au pire. Son président, Jean-Claude Juncker, annonce que l’Union va intensifier ses préparatifs en cas de « no deal », de sortie du Royaume-Uni sans accord et que « toutes les informations généralement utiles » seront publiées « en date du 19 décembre ».

    Theresa May reste confiante

    Pourtant, Theresa May affichait encore l’optimisme en repartant : « de nouvelles clarifications et discussions sont possibles […] il reste du travail à faire et nous discuterons dans les jours à venir de la manière d'obtenir de nouvelles garanties » a expliqué la chef du gouvernement britannique à une salle de presse comble.

    Il existe beaucoup d'inquiétudes et de fantasmes sur ce texte a pour sa part regretté Emmanuel Macron, le président français qui se dit toutefois toujours prêt à « clarifier et rassurer. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.