GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Mars
Vendredi 15 Mars
Samedi 16 Mars
Dimanche 17 Mars
Aujourd'hui
Mardi 19 Mars
Mercredi 20 Mars
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Pays-Bas: le suspect de la fusillade d'Utrecht a été arrêté par la police
    • Russie: le responsable de l'ONG Memorial en Tchétchénie condamné à quatre ans de prison (Memorial)
    • Tunisie: le beau-frère de Ben Ali en détention à Marseille (source judiciaire)
    • Tunisie: le beau-frère de Ben Ali inculpé en France pour faux et blanchiment (source judiciaire)
    • «Gilets jaunes»: Didier Lallement remplace le préfet de police de Paris Michel Delpuech (Edouard Philippe)
    • France: «Des consignes inappropriées» ont été passées pour l'usage des LBD samedi (Edouard Philippe)
    • GB: le gouvernement ne peut pas représenter au vote l'accord de Brexit inchangé (président des Communes)
    • Cyclone au Mozambique: le bilan «pourrait dépasser le millier de morts» selon le président Nyusi
    • Russie: Vladimir Poutine promulgue 2 lois, l'une contre les «fausses nouvelles» et l'autre punissant les «offenses aux symboles de l'Etat»
    • EasyJet annonce se retirer des discussions sur la reprise d'Alitalia
    • Pays-Bas: trois morts et neuf blessés durant les fusillades à Utrecht (maire)
    • Un homme originaire de Turquie recherché après les fusillades d'Utrecht (police néerlandaise)
    • Syrie: l'armée «libèrera» les zones kurdes par la «force» ou par des «accords» (ministre)
    • «Gilets jaunes»: le coût des dégâts liés aux manifestations estimés à 170 millions d'euros par la fédération française de l'assurance (FFA)
    Europe

    Le Parlement kosovar vote la création d'une armée nationale

    media Le président Hashim Thaci passe en revue les Forces de sécurité du Kosovo, le 13 décembre 2018. REUTERS/Laura Hasani

    Le Parlement du Kosovo a voté ce vendredi la transformation des forces de sécurité du Kosovo en une véritable armée nationale. La loi, votée à l'unanimité des députés albanais, a été boycottée par les députés serbes.

    Avec notre correspondant à Belgrade, Laurent Rouy

    La transformation des Forces de sécurité du Kosovo (KSF) en véritable armée est une victoire pour le Premier ministre Ramush Haradinaj. Il a réussi à porter la loi au Parlement malgré les critiques de l'Union européenne et de l'Otan, qui reprochent à Pristina un renforcement des tensions avec le voisin serbe.

    « Le Parlement du Kosovo a adopté la loi sur la force de sécurité du Kosovo ! Félicitations ! », a lancé le président du Parlement ce vendredi devant des députés unanimes puisque les dix élus de la minorité serbe avaient boycotté la session.

    Une dizaine d'année pour créer l'armée

    Il aurait fallu normalement un amendement constitutionnel pour créer cette armée, mais l’opposition farouche des députés serbes rendait ce changement impossible. Belgrade, qui officiellement ne reconnaît pas le Kosovo, a utilisé ces jours-ci une rhétorique enflammée. La Première ministre serbe a même évoqué la possibilité d'une action militaire pour empêcher le vote, sans succès.

    La création de cette armée prendra une dizaine d'années. C'est un camouflet pour Belgrade, qui subit aussi, depuis plusieurs semaines, un blocage douanier de ses exportations au Kosovo. Pristina applique en effet depuis le 22 novembre des droits de douanes de 100 % sur les produits d'importation serbes

    Visiblement, Pristina a choisi la stratégie d'actes unilatéraux au détriment de la Serbie, alors que les négociations sur le statut final entre les deux pays sont au point mort depuis des mois.

    L'Otan contrariée

    L'Otan a dénoncé ce vendredi cette décision et va « réexaminer le niveau d'engagement de l'Otan » dans le pays, a déclaré le secrétaire général de l'Alliance Jens Stoltenberg.

    « Je regrette que cette décision ait été prise en dépit des préoccupations exprimées par l'Otan [...] Le Conseil de l'Atlantique nord va désormais être contraint de réexaminer le niveau d'engagement de l'Otan auprès de la Force de sécurité du Kosovo », a affirmé ce dernier.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.