GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Janvier
Samedi 19 Janvier
Dimanche 20 Janvier
Lundi 21 Janvier
Aujourd'hui
Mercredi 23 Janvier
Jeudi 24 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • L'astronaute Thomas Pesquet devrait retourner «très bientôt» dans l'espace (ministre)
    • Disparition de Sala: les opérations de recherche ont été suspendues (police)
    • France: les forces de l'ordre qui utilisent des LBD seront équipées de caméras-piétons dès samedi (Castaner)
    • Venezuela: le vice-président américain, Mike Pence, adresse un message de solidarité à l'opposition vénézuelienne
    • Dopage : Pas de nouvelles sanctions, la Russie reste sous surveillance (Agence mondiale anti-dopage)
    • Un Palestinien tué par un tir de char israélien (ministère à Gaza)
    • «La gauche ne s'imposera pas» en Amérique latine, assure Bolsonaro à Davos
    • France/Budget de la Sécu: le retour à l'équilibre en 2019 «est compromis» (Buzyn)
    Europe

    Autriche: manifestation des opposants à la coalition au pouvoir depuis un an

    media «Votre politique pue plus que de vieilles chaussettes» peut-on lire sur un panneau au sein de la manifestation à Vienne, ce samedi 15 décembre 2019. ALEX HALADA / AFP

    Entre 17 000 Autrichiens selon la police, 50 000 selon les organisateurs, sont descendus dans les rues de Vienne ce samedi après-midi. Les opposants fêtent à leur manière les 1 an du gouvernement. La coalition entre les conservateurs et l’extrême droite avait été investie le 18 décembre 2017 après des élections législatives anticipées. Depuis, les polémiques et les réformes controversées n’ont pas manqué et les opposants ne les ont pas oubliées. Reportage.

    Avec notre correspondant à Vienne,  Isaure Hiace

    Parmi les milliers de manifestants, certains ont opté pour le sifflet, d’autres pour le gilet jaune. C’est le cas de Matthias Koderhold.

    « Il y a beaucoup de coupes sociales et le gouvernement veut, en plus, une réforme de l’impôt. Les entreprises seront moins taxées, en particulier les multinationales, donc c’est un gros combat pour nous », dit-il.

    L’allongement de la durée maximale de travail à 12h par jour, la baisse du RSA autrichien pour certains, celle des allocations familiales pour d’autres, autant de mesures décriées par les manifestants, qui estiment, à l’instar d’Helena Stefanova, que le climat a changé en Autriche.

    « La société est divisée, dit-elle. On crée de la peur sur bien des sujets. Car c’est très facile de manipuler un groupe de personnes effrayées. »

    De nombreux manifestants, comme Thomas Braito, dénoncent également une rhétorique anti-immigration, omniprésente dans le discours du gouvernement.

    « Ils essaient juste de pointer un ennemi commun pour effrayer et gagner des votes, estime Thomas. Alors pour moi, c’est important de manifester et montrer qu’il y a des gens contre le populisme d’extrême droite. »

    Quelle suite pour le mouvement de contestation ?

    Cette contestation va-t-elle se poursuivre, voire s'amplifier dans les mois à venir ? Les manifestants sont partagés. La coalition reste très populaire auprès des Autrichiens. A en croire les récents sondages, si ces derniers devaient revoter demain, les résultats seraient sensiblement les mêmes qu'il y a un an, lors des élections législatives anticipées.

    Certains manifestants veulent toutefois croire à une contagion de la contestation, c'est le cas de Katrin Pröll.

    « Je crois que personne ne s'attendait à ce que leur politique soit si mauvaise, lance-t-elle. Mauvaise pour les réfugiés essentiellement, mais aussi pour les Autrichiens. Et j'espère vraiment que ceux qui ont voté pour cette coalition vont comprendre que la politique menée n'est pas bonne pour eux. Je reste donc optimiste. »

    D'autres, comme David Cuel sont plus pessimistes. Cet italien qui vit à Vienne depuis deux ans se dit aujourd'hui résigné.

    « La gauche n'a pas fait un bon travail, elle est aussi responsable de la situation aujourd'hui. Je crois qu'on ne se fait pas assez entendre, la droite est plus audible », dit-il.

    Les « Donnerstag Demo », les manifestations hebdomadaires du jeudi, reprendront dès janvier. Reste à savoir combien d'opposants elles rassembleront.

     

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.