GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Brexit: passe d'armes au Parlement entre Jeremy Corbyn et Theresa May

    media Theresa May lors d'un débat au Parlement britannique le 19 décembre 2018. AFP

    La cheffe du gouvernement britannique a affronté lors de sa dernière séance de questions de l’année à la Chambre des Communes, des députés extrêmement remontés depuis sa décision de repousser à janvier leur vote sur l’accord de Brexit, initialement prévu le 11 décembre, pour éviter d’essuyer un échec annoncé. Comme prévu, cette dernière passe d’arme s’est avérée haute en couleur.

    Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

    Malgré une atmosphère surchauffée, Theresa May et son principal adversaire travailliste Jeremy Corbyn, ont d’abord tenu à s’adresser leurs meilleurs vœux. Mais après les « Merry Christmas and Happy New Year » de rigueur, l’esprit de Noël s’est vite évaporé face à la question brûlante du Brexit.

    Chose rarissime, les insultes ont même fusé. « Quelle idiote », n’a pu s’empêcher de murmurer entre ses dents Jeremy Corbyn à l’encontre de la Première ministre qui venait de se moquer de lui. L’incident a provoqué un véritable tollé et de nombreux députés conservateurs furibonds ont d’emblée exigé des excuses.

    « Manoeuvre cynique »

    Un peu plus tôt, un chef du Labour hors de lui, avait accusé Theresa May de chercher à gagner du temps en repoussant le vote sur son accord de retrait à la mi-janvier : une « manœuvre cynique », destinée selon Jeremy Corbyn à forcer la main aux députés pour qu’ils approuvent l’accord sur le Brexit en agitant de plus en plus la menace d’un « no deal », une sortie sans accord.

    De nombreux parlementaires de tout bord ont eux aussi crié au chantage et dénoncé un gâchis financier face aux 5 milliards d’euros débloqués pour parer à toute sortie brutale de l’Union européenne. Les parlementaires ont à maintes reprises assuré qu’ils ne permettraient jamais une sortie sans accord et demandent au gouvernement de les laisser voter sur une série d’alternatives pour tenter de trouver un consensus et ainsi sortir au plus vite de l’impasse.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.