GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Aujourd'hui
Lundi 26 Août
Mardi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Espagne: la Cour suprême divise en deux groupes les Catalans jugés pour sédition

    media Le leader séparatiste catalan Jordi Turull, à son départ de la Cour suprême après témoignage, à Madrid le 23 mars 2018. Il fait partie de ceux qui seront jugés à Madrid. REUTERS/Susana Vera

    Alors que le procès des accusés du référendum d’autodétermination illégal du 1er octobre 2017 s’approche, les sept magistrats du Tribunal suprême ont déclaré jeudi 27 décembre diviser en deux le camp des accusés : sur les 18, 12 seront jugés comme prévu fin janvier à Madrid pour rébellion et malversations - soit les charges les plus graves. Les six autres seront renvoyés au Tribunal supérieur de Catalogne pour désobéissance. Ces derniers risquent donc bien moins.

    Avec notre correspondant à Madrid, François Musseau

    Tout le monde ne sera pas jugé à la même enseigne. Les magistrats du plus haut tribunal ont départagé les accusés. D’un côté, ceux qui ont commis un délit pas si important, essentiellement avoir opposé des obstacles administratifs en faveur de la cause sécessionniste ; de l’autre, ceux qui ont commis l’une des fautes les plus graves au regard du Code pénal espagnol, en l’occurrence avoir organisé une rébellion contre l’État, un délit qui peut valoir jusqu’à 30 ans de réclusion.

    Dans cette décision, il y a deux messages essentiels. D’abord, que ceux qui ont peu fauté seront jugés en Catalogne et dont la punition sera sans doute clémente. Le deuxième message est celui de la fermeté à l’égard de ceux qui, assure le tribunal suprême, « ont mis en danger l’unité de l’Espagne ». Ces derniers auraient « tenté de désagréger le territoire national ».

    Pour la Cour, il est donc normal que ces 12 accusés, pour la plupart des membres de l’ancien gouvernement séparatiste, répondent de leurs forfaits à Madrid. Ce procès, qui devrait être clos d’ici mai, va certainement attiser la colère des sécessionnistes en Catalogne. Ceux-ci estiment que les leurs sont « des victimes d’une justice partiale et néofranquiste ».

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.