GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Racisme dans le foot italien: Conte veut une «pause» du championnat, Salvini refuse

    media Des membres de la police scientifique travaillent dans l'enquête où un supporter de l'Inter Milan a été tué lors d'un match avec Naples, à Milan le 27 décembre 2018. REUTERS/Daniele Mascolo

    Le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte, un modéré qui n'appartient à aucun parti politique, souhaite une pause du championnat italien après les violences meurtrières qui ont eu lieu en marge de la rencontre Inter Milan-Naples du 26 décembre et les cris de singe adressés au défenseur de Naples Koulibaly, au stade San Siro. Mais le vice-président du Conseil et ministre de l'Intérieur, Matteo Salvini s'oppose à toute mesure qui condamnerait les vrais « tifosi », selon lui, qui ne doivent pas être confondus avec les délinquants.

    Avec notre correspondante à Rome, Anne Le Nir

    Au cours de sa conférence de presse de fin d'année, le président du Conseil, Giuseppe Conte, a fait part de sa position face à la mort d'un ultra de l'Inter Milan et aux insultes racistes lancées contre le défenseur franco-sénégalais de Naples, Kalidou Koulibaly, qu'il qualifie de « très graves ». Pour lui, « il faut une réaction forte ». Il serait donc opportun de « faire une pause dans le championnat de football ».

    Mais le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini ne partage pas son point de vue. Le patron de la Ligue d'extrême droite juge erronée une telle décision, tout comme celle des autorités sportives qui infligent deux matchs à huis clos à l'Inter. « Cela condamne, pénalise, des millions de supporters qui n'ont rien à avoir avec les délinquants. Selon moi, ce n'est pas la bonne réponse. Certains matchs, les plus à risque que d’autres, ne devront plus se jouer le soir, mais à la lumière du soleil et avec des hélicoptères qui peuvent contrôler d'éventuels délinquants ».

    Autant de propos bien relevés par les médias italiens qui rappellent que Salvini, supporter de l'AC Milan, a récemment salué chaleureusement un chef ultra de son club, en délicatesse avec la justice pour trafic de drogue.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.