GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Mars
Dimanche 17 Mars
Lundi 18 Mars
Mardi 19 Mars
Aujourd'hui
Jeudi 21 Mars
Vendredi 22 Mars
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Moscou interdit l’importation de plus de produits ukrainiens, coup dur pour Kiev

    media Le président ukrainien Petro Porochenko lors d'une réunion à Kiev, le 26 décembre 2018. Mykola Lazarenko/Ukrainian Presidential Press Service/Handout vi

    La Russie a annoncé samedi 29 décembre l’interdiction de l’importation de produits ukrainiens sur son territoire après les sanctions décrétées par le gouvernement à Kiev. Ceux-ci étaient déjà une réaction à l’escalade militaire en mer Noire de novembre. L’interdiction du blé, du chocolat et de la bière, entre autres, est un nouvel épisode dans les nombreuses sanctions commerciales que les deux pays se sont imposées depuis le début du conflit à l’est du pays, en 2014. Nouveau signe de rupture entre Kiev et Moscou, il s’agit surtout d’une mauvaise nouvelle pour l’économie ukrainienne.

    Avec notre correspondant à Kiev, Sébastien Gobert

    À Kiev, l’annonce russe ne surprend pas. Des mesures de représailles venues de Moscou étaient attendues et elles ne marquent qu’un épisode de plus dans la guerre que se livrent les deux pays sur les plans commercial, militaire, énergétique et financier, ainsi que médiatique et même religieux.

    Dans cette dernière vague, l’interdiction du chocolat ukrainien est tout à fait symbolique et vise le président Petro Porochenko : le roi du chocolat, tel qu’il est surnommé, avait bâti une partie de sa fortune dans la confiserie. Là encore, rien de nouveau, car ses produits avaient déjà été interdits par le Kremlin en 2013, avant même l’annexion de la Crimée.

    Reste que ces sanctions supplémentaires ne vont pas aider l’économie ukrainienne, qui peine à sortir d’un profond marasme. La balance commerciale est déficitaire et est dépendante de la Russie à hauteur de 12%. L’interdiction de 18 catégories de produits représenterait un manque à gagner d’environ 500 millions d’euros.

    Le gouvernement à Kiev s’estime néanmoins confiant : il mise sur une reconversion rapide de ses industriels, dans le cadre de la modernisation et de l’intégration européenne de son économie. L’Union européenne est déjà le premier partenaire commercial de l’Ukraine, à hauteur de 40%.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.