GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Ukraine: coup d’envoi d’une campagne présidentielle qui s’annonce dure

    media Le président ukrainien Petro Porochenko participe à une cérémonie dans une base militaire près de Zhytomyr, le 21 décembre 2018. Mikhail Palinchak/Ukrainian Presidential Press Service/Handout v

    Lundi 31 décembre a marqué le lancement officiel de la campagne présidentielle en Ukraine. Cinq ans après la révolution de la place Maïdan, le pays n’a toujours pas récupéré le contrôle de la péninsule de Crimée, annexée par la Russie, et souffre toujours d’une guerre ouverte dans l’Est industrielle. L’élection aura lieu le 31 mars 2019.

    Avec notre correspondant à Kiev, Sébastien Gobert

    À en croire les spots électoraux qui se succèdent sur les écrans de télévision, la campagne n’a pas commencé lundi 31 décembre, mais elle bat son plein depuis des mois. C’est un signe que la bataille sera rude.

    Pour assurer sa réélection, le chef de l’État actuel Petro Porochenko mise sur un triptyque patriotique et conservateur : l’armée, la foi, et la langue ukrainienne. Sa rivale Ioulia Timochenko, icône de la politique nationale depuis plus de dix ans, promet elle des changements systémiques.

    « Je suis Ioulia Timochenko, dit-elle sur un spot télévisé. Je vous invite à déterminer avec moi d’une nouvelle direction pour l’Ukraine. C’est un plan ambitieux pour construire un État européen fort, où chacun peut réaliser son potentiel ».

    Les regards se focalisent pour l’heure sur ces deux poids lourds, même si on attend plus d’une vingtaine de candidatures.

    Dans un contexte de guerre avec la Russie, les questions de sécurité sont centrales. Le ministre de l’Intérieur a déjà averti d’une ingérence massive du Kremlin dans le processus électoral. Les sondages montrent néanmoins que les électeurs ont aussi des préoccupations très concrètes : la crise économique, les prix démesurés du gaz ou encore la corruption endémique. Des sujets que la plupart des candidats tentent pour l’instant d’éviter.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.