GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Malte: 49 migrants en mer, en attente d'un plan européen d'accueil

    media Des rescapés avec un journaliste à bord d'un des deux navires humanitaires de Sea Watch, bloqués en mer près de Malte, le 4 janvier 2019. REUTERS/Darrin Zammit Lupi

    Le record de la honte : c’est ainsi que plusieurs ONG ont qualifié vendredi sur Twitter l’attitude de l’Union européenne face au blocage en mer de 49 migrants secourus fin décembre. Parmi les rescapés, à bord de deux navires humanitaires, se trouvent des enfants en bas âge et des femmes. Malte a laissé approcher les navires en raison des conditions météorologiques très difficiles, mais sans les laisser accoster.

    ONG, mais aussi universitaires, responsables religieux, politiques, ils sont nombreux sur les réseaux sociaux à dénoncer ce nouvel épisode de paralysie européenne. Une partie des migrants rescapés sont en mer depuis le 29 décembre, une autre depuis le 22 décembre, dans des conditions sanitaires précaires.

    L'Allemagne, les Pays-Bas et la France se sont dits d'accord pour les recevoir, mais dans le cadre d'un plan partagé. Un plan pour 49 personnes, dont trois jeunes enfants.

    Pour l’ONG Sea Watch, le record de la honte est en passe d’être battu et les ministres européens sont pathétiques.

    Plusieurs villes allemandes et italiennes ont proposé d'accueillir ces migrants. Parmi elles, Naples dont le maire a dit qu'il veillerait lui-même au bon déroulement des opérations. Une façon de marquer son opposition au gouvernement, mais une protestation symbolique, car la décision relève en fait de Rome.

    Malte comme l’Italie a fait du rejet des navires humanitaires une position de principe. Or les garde-côtes de La Valette ont secouru par ailleurs plusieurs embarcations en détresses ces dernières semaines, et ramené les migrants à terre, comme le droit maritime les y oblige. 

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.