GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Feux en Amazonie: s'opposer à l'accord UE-Mercosur n'est «pas la réponse appropriée» (gouvernement allemand)
    • Syrie: le président turc Erdogan se rendra à Moscou mardi (présidence)
    • La compagnie de vol low cost irlandaise Ryanair supprime 4 bases en Espagne, 512 emplois concernés (syndicat)
    • Les feux de forêt en Amazonie constituent une «crise internationale», selon Boris Johnson
    • Nucléaire iranien: les propositions de Macron vont dans la «bonne direction» (Javad Zarif)
    Amériques

    Cesare Battisti, fin d'une cavale qui aura duré 38 ans

    media Cesare Battisti à sa sortie de prison le 8 juin 2011 à Brasilia. Givaldo Barbosa/Globo via Getty Images

    Écrivain de l'exil, l'ancien gauchiste italien Cesare Battisti, condamné pour meurtres et arrêté samedi en Bolivie, a vécu près de 40 ans dans une cavale quasi perpétuelle pour éviter la justice de son pays. Condamné par contumace à la réclusion à perpétuité en Italie, sa route l'a mené au Mexique, en France, au Brésil et finalement en Bolivie. Quelques heures après son arrestation, Cesare Battisti a été extradé vers l'Italie.

    Polyglotte, polémiste infatigable à la voix douce, Battisti est né au sud de Rome le 18 décembre 1954 dans une famille communiste, mais aussi catholique, comme lui-même. Après de brefs séjours en prison pour des délits de droit commun, il rejoint à la fin des années 1970 la lutte armée au sein du groupuscule des « Prolétaires armés pour le communisme » (PAC). « Prétendre changer la société avec des armes, c'est une connerie. Mais enfin ! À l'époque tout le monde avait des flingues ! », assurait-il en 2011. « Il y avait des guérilleros dans le monde entier. L'Italie vivait une situation prérévolutionnaire ».

    Arrêté à Milan et écroué en 1979 en Italie, il s'évade en 1981. En 1993, il est condamné à la prison à perpétuité par contumace pour deux meurtres et deux complicités de meurtres commis en 1978 et 1979, crimes dont il se dit innocent. Après un passage par le Mexique, Battisti trouve refuge en France de 1990 à 2004, bénéficiant de la protection de l'ancien président socialiste François Mitterrand, qui s'était engagé à n'extrader aucun militant d'extrême-gauche renonçant à la lutte armée. Comme une centaine de militants italiens des années 70, il refait sa vie à Paris.

    Gardien d’immeuble et écrivain à Paris

    Gardien d'immeuble pour assurer ses fins de mois, il entame une carrière d'écrivain, publiant une douzaine de polars à forte teneur autobiographique, qui brassent les thèmes d'un passé qui ne passe pas, de la rédemption et de l'exil d'ex-militants extrémistes. D'une certaine façon ses titres font sens: Les Habits d'ombre, Jamais Plus sans fusil, Avenida Révolucion, Dernières Cartouches, Ma cavale préfacé par Fred Vargas, son indéfectible soutien, ou encore Ser Bambu (« Être Bambou », c'est-à-dire plier mais rester solide, selon l'expression brésilienne).  

    En 2004, le gouvernement de Jacques Chirac décide de mettre fin à la « jurisprudence Mitterrand » et d'extrader Battisti. Malgré l'appui d'un collectif de personnalités de gauche composé de la romancière Fred Vargas et du philosophe Bernard-Henri Levy, la justice française rejette les recours de Battisti. Il s'enfuit alors au Brésil sous une fausse identité avec, selon lui, l'aide des services secrets français. Mais en 2007, il est arrêté à Rio de Janeiro après trois années de clandestinité. Incarcéré pendant quatre ans, il observe une grève de la faim affirmant préférer « mourir au Brésil plutôt que de retourner en Italie ».

    « Écrire pour ne pas me perdre dans le brouillard des journées interminables, me répétant que ce n'est pas vrai. Que ce n'est pas moi, cet homme que les médias ont transformé en monstre puis réduit au silence des ombres », écrit-il dans Ma Cavale qu'il rédige en prison. En 2009, la Cour suprême brésilienne autorise son extradition mais laisse la décision finale au président Lula qui refuse finalement de l'extrader. Furieuse, l'Italie rappelle son ambassadeur à Brasilia.

    Fin de parcours en Bolivie

    À sa libération en juin 2011, il obtient un répit : le Brésil lui accorde un permis de résidence permanente. Battisti s'installe à Cananeia, un port au sud-est du pays où il continue à écrire. Il rêve d'amnistie. « D'autres pays y ont bien réussi », affirme-t-il. Il a un fils. Mais son existence est suspendue au gré des décisions contradictoires de la justice brésilienne. En 2015, une juge ordonne une nouvelle expulsion. La même année, il se marie avec sa compagne brésilienne dans un camping de Cananeia.

    Il est interpellé deux ans plus tard à la frontière bolivienne, accusé de vouloir fuir. Il est placé sous surveillance électronique pendant quatre mois. Après l'élection en octobre dernier du président d'extrême droite Jair Bolsonaro qui avait promis son extradition, Battisti (63 ans), usé par près de 40 ans d'une existence en suspens, passe à la clandestinité. Jusqu'à à l'annonce de son arrestation à Santa Cruz de la Sierra, dans le centre de la Bolivie, dans la nuit de samedi à dimanche.

    Battisti rapidement ramené en Italie ?

    Le président du Conseil Giuseppe Conte vient de confirmer, ce dimanche 13 janvier, qu'un avion du gouvernement italien, qui ramènera Cesare Battisti à Rome, arrivera en Bolivie en fin d'après-midi, signale notre correspondante à Rome, Anne Le Nir. Ensuite, selon les déclarations du ministre de l'Intérieur, Matteo Salvini, une étape sera prévue au Brésil d'où s'est échappé au mois de décembre l'ancien membre du groupe des Prolétaires armés pour le communisme. Il devrait donc arriver en Italie mercredi ou jeudi prochain. Cesare Battisti qui avait pris la poudre d'escampette en 1981 sera immédiatement conduit en prison.

    Ici en Italie, on constate que les voix sont unanimes pour se féliciter de l'arrestation d'un homme considéré comme un criminel de droit commun par la magistrature. Matteo Salvini a été le premier à remercier les forces de l'ordre boliviennes, brésiliennes et italiennes. L'ancien chef du gouvernement de centre-gauche, Matteo Renzi, a posté un message sur twitter pour exprimer sa satisfaction et adresser ses pensées aux familles des victimes de Battisti. Et le très catholique président de la République, Sergio Mattarella vient également de faire part de sa satisfaction.

    (avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.