GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 20 Juin
Vendredi 21 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Foot: un joueur cubain déserte aux États-Unis en pleine Gold Cup (entraîneur)
    • États-Unis: Donald Trump lance officiellement sa campagne pour un deuxième mandat
    • Trump accuse les démocrates d'être guidés par «la haine»
    • Trump: «Le monde entier» envie la santé de l'économie américaine
    • Trump dénonce les «Fake News» dès le début de son meeting en Floride
    • Trump lance sa campagne pour 2020 depuis Orlando en Floride
    • Le Japon accuse un déficit commercial en mai, nouveau repli des exportations
    • Attribution du Mondial 2022 au Qatar: Michel Platini ressort libre de garde à vue
    Europe

    Serbie: sixième semaine de manifestations antigouvernementales

    media Des milliers de Serbes ont défilé ce samedi 12 janvier 2019 pour réclamer la liberté des médias et la fin des attaques contre des figures de l'opposition. REUTERS/Djordje Kojadinovic

    Environ 12 000 personnes, selon RFI, se sont réunies à Belgrade pour rejeter la politique du président Aleksandar Vucic et du gouvernement. Chaque samedi depuis un mois et demi, des milliers de Belgradois en colère contre le régime en place en Serbie manifestent dans le centre-ville.

    Avec notre correspondant à Belgrade, Laurent Rouy

    Les contestations ont commencé spontanément début décembre après qu'un opposant au président Vucic ait été agressé à coups de barre de fer. Le mouvement réclame aussi la lumière sur l’assassinat de l’opposant Oliver Ivanovic il y a un an et sur des violences commises contre des journalistes.

    Les manifestants demandent la démission du ministre de l’Intérieur et exigent aussi que les médias pro-gouvernementaux parlent des manifestations. En effet la censure est telle qu’une partie de la population en province ignore les protestations au cœur de la capitale.

    « Le peuple serbe n’a pas le droit de dire ce qu’il pense. Ceux qui le font sont aussitôt insultés publiquement, ils sont traités de déchets », s'insurge un homme. « Il faut changer le président et le gouvernement », lance une femme.

    En réaction, le président multiplie les annonces contradictoires. Un jour il méprise les manifestations, un autre le gouvernement se dit prêt à discuter avec le peuple. Pour Stéphane, un étudiant de Belgrade, c‘est la preuve que le mouvement porte ses fruits. « Vucic a eu peur, estime-t-il. Il prépare un contre meeting le 17 janvier. Nous espérons que le peuple se réveille à temps. L’espoir, c’est tout ce qu'il nous reste. »

    Cette semaine, des manifestations ont commencé dans neuf autres villes. Mais le mouvement n’a pas encore une taille suffisante pour menacer le pouvoir du président Vucic. Reste à voir comment il se développera.

    (Re) lire : Banja Luka, Belgrade, Budapest, Tirana, un vent de colère au cœur de l’hiver

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.