GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Septembre
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Grèce: manifestation à Athènes contre l’accord sur la Macédoine, des heurts

    media Plusieurs dizaines de milliers de Grecs ont manifesté dimanche dans le centre d'Athènes avant le vote du Parlement grec, fin de semaine, de l'accord de Prespes. REUTERS/Alkis Konstantinidis

    A Athènes, plus de 60 000 personnes ont manifesté pour refuser que l’ancienne République yougoslave voisine prenne le nom de République de Macédoine du Nord. Depuis près de 30 ans, une majorité de Grecs estiment que seule la région grecque de Macédoine a le droit de porter ce nom. Mais l’accord de Prespes signé en juin pourrait changer ça. Il doit être ratifié par le Parlement grec d’ici la fin de la semaine, beaucoup dans la manifestation demandaient une consultation populaire.

    Avec notre correspondante à Athènes,  Charlotte Stiévenard

    Devant le Parlement à Athènes, une banderole flotte sur laquelle on peut lire « Un référendum sur la Macédoine maintenant ». Litsa est éducatrice. Elle est venue de la ville de Kavala en Macédoine, la région grecque frontalière de l’ancienne République yougoslave du même nom.

    « Νοus sommes Macédoniens, lance Litsa. Nous aimons notre patrie la Grèce. La Macédoine est grecque. Nous estimons qu’ils nous volent notre nationalité, notre personnalité. »

    « Faites un référendum, Mr Tsipras, pour voir qui ment, qui est fasciste et qui est démocrate », réclame un des orateurs au micro.

    Pour Litsa se serait une bonne idée : « Cela rendrait visible le fait que le peuple désapprouve cet accord », estime-t-elle.

    Beaucoup dans la manifestation semblent en effet inébranlables comme Athina. Cette retraitée estime que les Grecs ont aussi leur mot à dire sur le nom du pays voisin : « Ces gens sont sans patrie et ils veulent s’approprier le nom et l’identité. Nous ne leur donnerons pas », dit-elle.

    La manifestation s’est déroulée dans le calme jusqu’à ce que des affrontements entre une vingtaine de casseurs et la police éclatent. Plusieurs journalistes ont été blessés, dont un par des membres supposés de l’Aube dorée, le parti néonazi.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.