GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Israël: les sirènes d'alarme activées à Tel-Aviv suite à une frappe tuant un commandant palestinien à Gaza (armée)
    Europe

    Royaume-Uni-Brexit: la presse se divise sur le vote des parlementaires

    media La Première ministre britannique Theresa May devant le Parlement, le 15 janvier 2019. Reuters TV via REUTERS

    Les journaux britanniques sont partagés sur l’issue de cette nouvelle journée décisive au Parlement sur le Brexit : si les quotidiens les plus à gauche préviennent que l’Union européenne (UE) ne changera pas d’avis, les titres pro-conservateurs présentent le vote sur l’amendement Brady comme un grand succès. A Bruxelles, l'UE campe sur ses positions.

    Ce matin, relate notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix, le Daily Mail parle même du « triomphe de Theresa » qui a « remporté un vote-clé », « unifié son parti » et « mis au défi l’UE de conclure un accord ». L’autre tabloïd de droite Daily Express est encore plus convaincu d’une grande victoire pour la dirigeante : « Elle l’a fait ! », s’écrie le journal, pour qui « notre indomptable Première ministre a réussi l’un des plus remarquables retournements de situation de l’histoire politique ».

     

    Plus mesuré, le Times relève qu’il n’est pourtant pas dit que l’UE cède. Le quotidien économique pro-européen Financial Times s’inquiète d’ailleurs des conséquences d’un vote qui envoie Londres droit à la collision avec Bruxelles. Enfin l’éditorialiste du Guardian regrette « une victoire à la Pyrrhus pour Theresa May », obtenue au prix de terribles concessions et qui plus est fondée sur un rêve illusoire.

    Quelle signification pour ce vote ?

    Bien que le passage de cet amendement soit une bonne nouvelle pour la Première ministre qui regonfle temporairement le moral de son parti, les réjouissances risquent d’être de courte durée : en cédant aux brexiters les plus durs, Theresa May a jeté aux orties les efforts de nombreux mois de négociations et l’UE pourrait bien décider qu’un no deal est inévitable. La dirigeante britannique va donc retourner à Bruxelles dans les prochains jours et négocier en parallèle avec le chef du labour Jeremy Corbyn qui a accepté le dialogue mardi soir.

    Elle a promis qu’un accord de sortie modifié serait à nouveau soumis au Parlement le plus tôt possible et que si cet accord est rejeté, une nouvelle série de votes aura lieu le 14 février avec toujours en tête l’espoir que de guerre lasse et de peur de ne pas sortir du tout, les brexiters voteront en faveur de son accord de départ.

    Dialogue de sourds avec l'UE ?

    Le vote des communes de ce mardi, annonce notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet, ouvre la voie non pas à de nouvelles négociations entre le gouvernement britannique et l’UE mais à un véritable dialogue de sourds qui laisse de plus en plus présager un no deal, une sortie sans accord. En fin de soirée, le président du Conseil européen, Donald Tusk, n’a fait que répéter une position européenne déjà connue, on ne peut pas remettre sur le métier l’accord de sortie âprement négocié pendant plus de dix-huit mois. Les perspectives de Theresa May pour obtenir ce que réclame la chambre des Communes, à savoir des concessions juridiquement contraignantes, ne peut donc conduire qu’à une impasse.

    Les Européens refusent d’abandonner le filet de sécurité pour l’Irlande mais ils rappellent tout de même que l’accord de sortie prévoit bel et bien de mettre en place des solutions alternatives, si toutefois on en trouve. En fin de compte, le négociateur de l’UE Michel Barnier l’a déjà dit, l’Europe est prête à revoir le contenu de la déclaration politique adoptée lors du sommet de décembre, celle qui fixe les futures relations euro-britanniques.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.