GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Washington expulse deux diplomates cubains à l'ONU accusés d'atteinte à la sécurité nationale (département d'Etat)
    • Justin Trudeau considère «totalement inacceptable» de s'être grimé en Noir
    • La compagnie française XL Airways en cessation de paiements, demande son placement en redressement judiciaire (communiqué)
    • Décès de l'acteur français Charles Gérard, second rôle fétiche de Lelouch et grand ami de Jean-Paul Belmondo
    • Le Parquet russe demande à la justice de libérer un acteur emprisonné après un mouvement de soutien
    • Idleb (Syrie): veto russe-chinois à l'ONU à une résolution imposant un cessez-le-feu
    • Décès de l’ancien président tunisien Zine el-Abidine Ben Ali
    Europe

    Espagne: manifestation monstre des droites pour l’unité du pays

    media Aux cris de «Sanchez démission», la droite et l'extrême droite ont mobilisé à Madrid plusieurs dizaines de milliers de personnes, ce samedi 10 février 2019. REUTERS/Sergio Perez

    Des dizaines de milliers de personnes étaient rassemblées ce dimanche dans le centre de Madrid. Entre 45 000 et 200 000 personnes, dont l’ancien Premier ministre français Manuel Valls et l’écrivain péruvien Mario Vargas Llosa, ont manifesté contre le gouvernement socialiste de Pedro Sanchez pour protester contre les tentatives de dialogue avec les indépendantistes catalans.

    Avec notre correspondant à Madrid, François Musseau

    Il faut organiser de nouvelles élections générales, la situation du socialiste Pedro Sanchez est insoutenable, et il doit démissionner. C’est en substance ce qu’ont réclamé des dizaines de milliers de manifestants, pour l’immense majorité se réclamant de la droite espagnole.

    A leurs yeux, les concessions faites par l’exécutif socialiste aux séparatistes catalans sont inadmissibles, notamment la nomination d’un médiateur entre Madrid et Barcelone.

    José est retraité, il se dit exaspèré comme les dizaines de milliers de manifestants autour de lui. « Il est nécessaire qu’apparaisse un nouveau gouvernement qui ne rompt pas l’unité de l’Espagne », dit-il. 

    Ce qui unit les protestataires, c’est bien une haine contre Pedro Sanchez. On est persuadé qu’il œuvre en sous-main avec les séparatistes catalans pour briser l’Espagne.

    « Nous avons actuellement un président qui joue avec l’unité des Espagnols et on ne joue pas avec cela. On est venu ici pour dire à Pedro Sanchez que l’Espagne n’est pas négociable », explique Emilio 32 ans, un entrepreneur.

    Tous les chefs de file de la droite étaient présents, sous une nuée de drapeaux nationaux sang et or, ils ont évité de faire des discours, mais leur objectif est connu : accentuer la colère de la rue afin de faire pression sur Pedro Sanchez.

    Ce rassemblement de l’Espagne patriotique est une sorte de motion de censure contre le gouvernement, qui devrait partir, car il a trahi l’Espagne. Ce sont les paroles de Pablo Casado, le leader du Parti populaire.

    Un Parti populaire qui a durci son discours alors que, à sa droite, les extrémistes de Vox, très présents dans cette manifestation, ont montré qu’il fallait de plus en plus compter avec eux. A Barcelone, l’exécutif séparatiste ne renonce pas à l’autodétermination. A Madrid, les droites accentuent leur discours nationaliste et unitaire.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.