GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Espagne: en marge du procès des leaders catalans, Pedro Sánchez sur le fil

    media Le chef du gouvernement espagnol Pedro Sánchez au Palrment de Madrid, le 12 février 2019. REUTERS/Juan Medina

    Le procès des indépendantistes catalans, déjà très tendu à ses débuts mardi 12 février 2019, est rattrapé par l'actualité parlementaire. A moins d'un kilomètre du Tribunal suprême, dans la Chambre des députés, se discute ce mercredi 13 février le budget annuel proposé par le chef du gouvernement socialiste Pedro Sánchez. Un budget qu'il doit impérativement boucler pour se maintenir au pouvoir. Le parti catalan pro-indépendance PDCAT a d'ores et déjà annoncé qu'il ne voterait par ce projet de budget. 

    Avec notre correspondant à Madrid,  François Musseau

    Selon toute vraisemblance, les séparatistes catalans, qui ont contribué à faire élire Pedro Sánchez à la présidence du gouvernement, ne vont pas cette fois-ci apporter leur soutien au budget du chef du gouvernement socialiste.

    Or, s’il lui est impossible de boucler son budget annuel, Pedro Sánchez ne pourra plus se maintenir au pouvoir, et sera dans l’obligation de convoquer des élections législatives. C’est le scénario le plus prévisible.

    Des élections pourraient avoir lieu en mai ou en avril. L’opposition de droite pousse d’ailleurs dans ce sens et reproche avec virulence à Pedro Sánchez qu’il ait pu être à un moment l’allié parlementaire des « putschistes catalans qui cherchent à briser l’Espagne ».

    La position du chef de file socialiste est désormais intenable : pour obtenir l’appui des séparatistes, il doit accepter de négocier avec eux sur l’autodétermination, un principe impensable pour lui et pour ses troupes, et dont la seule hypothèse fait hurler la droite nationale.

    Sauf accident, les séparatistes catalans ne vont pas céder. La législature de Pedro Sánchez est donc dans une impasse. Une situation politique qui ne va faire qu’accentuer les tensions au sein du procès entre les sécessionnistes catalans et les partis espagnols.

    ► À relire : Inquiétudes sur la teneur du procès des leaders catalans à Madrid

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.