GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Août
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Aujourd'hui
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Shamima Begum, la jihadiste qui veut rentrer au Royaume-Uni, sans regrets

    media Renu, grande sœur de Shamima Begum, tenant une photo de sa cadette en 2015. LAURA LEAN / POOL / AFP

    Elle veut rentrer mais ne regrette rien. Shamina Begum, une Britannique de 19 ans, qui avait rejoint le groupe jihadiste Etat islamique en Syrie en 2015, a dit au journal Times vouloir revenir au Royaume-Uni où son cas interroge et inquiète.

    La presse les surnomme encore « les trois écolières ». Sur les vidéos d’aéroport du jour de leur départ, on voyait trois adolescentes en manteau coloré avec de gros sacs. L'allure de trois amies partant en colonie de vacances. Sauf que Shamima et ses amies se rendaient en Syrie.

    Le destin de ses deux autres compagnes est incertain. Shamima, pour sa part, est entièrement vêtue de noir, mais son visage apparent s’exprime. Du camp de réfugiés d'al-Hol, c’est dans le nord-est de la Syrie, à 19 ans, elle est enceinte de neuf mois, de son troisième enfant.

    Droit au retour

    Les deux premiers sont morts de maladie et de malnutrition. C'est pour ça qu’elle veut rentrer, dit elle : pour sauver la vie de son enfant à naître. Parce que pour le reste, la jeune femme revendique ses actes : elle ne regrette rien et a vécu la vie qu'elle voulait à Raqqa.

    Avoir vu une tête coupée dans une poubelle ne l'a « pas du tout troublée ». Le ministre britannique de l'Intérieur lui a répondu ce jeudi 14 février que « les actes ont des conséquences ». Et d'avertir : c'est son droit de citoyenne britannique de revenir, mais elle sera interrogée et au minimum poursuivie.

    Loi antiterroriste

    Quelque 200 jihadistes britanniques se trouvent actuellement dans la région, avait indiqué en janvier le chef de l'antiterrorisme britannique, Neil Basu.

    Une loi antiterroriste promulguée mardi au Royaume-Uni rend passible de dix ans d'emprisonnement le fait pour un Britannique de séjourner sans motif valable en Syrie, une mesure destinée à lutter contre le problème du retour des jihadistes étrangers dans leur pays d'origine.

    ► À relire : Prison à vie pour un jihadiste qui projetait d'assassiner May

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.