GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    L'Allemagne assouplit le droit à l'information sur l'avortement

    media La peine de 6—000 euros d’amende subie par la gynécologue Kristina Haenel a été le détonateur des débats difficiles des derniers mois. Silas Stein / dpa / AFP

    En Allemagne, l'IVG est autorisée durant les trois premiers mois de la grossesse mais le cadre juridique, notamment le Code pénal, reste strict. L'avortement est officiellement illicite sauf dans certains cas. Ces derniers mois, la menace de poursuites contre des médecins qui mentionnaient sur leur site qu'ils pratiquaient l'IVG a provoqué un débat intense. Une nouvelle loi, fruit d'un laborieux compromis, a été adoptée au Parlement allemand ce jeudi 21 janvier.

    Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

    La peine de 6 000 euros d’amende subie par une gynécologue allemande a été le détonateur des débats difficiles des derniers mois. Cette femme médecin s’était vu reprocher d’avoir indiqué sur son site internet qu’elle pratiquait des avortements et quelles méthodes elle utilisait. Un article du Code pénal interdit en effet ce qui peut ressembler à de la publicité en faveur de l’avortement.

    La condamnation subie par la gynécologue a provoqué une levée de boucliers des partis de gauche et d’organisations féministes qui estimaient que des informations sur les sites des médecins ne pouvaient être assimilées à une promotion commerciale de l’avortement. Ces groupes plaidaient pour une abolition pure et simple de l’article 219a du Code pénal. Une revendication rejetée catégoriquement par les partis conservateurs.

    Des négociations longues et difficiles ont eu lieu entre sociaux et chrétiens-démocrates au sein de la grande coalition pour trouver un compromis évitant des poursuites contre les gynécologues.

    A l’arrivée, le texte adopté jeudi par la grande coalition prévoit que les médecins pourront mentionner sur leur site qu’ils pratiquent l’IVG. Toute autre précision notamment sur les méthodes utilisées sera interdite. Des liens renverront vers les plannings familiaux qui pourront fournir des informations supplémentaires aux femmes concernées.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.