GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 24 Octobre
Vendredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Brexit: le parti travailliste en faveur d'un second référendum

    media Le dirigeant du parti travailliste Jeremy Corbyn, à Broxtowe, dans le centre de l'Angletrere, le 25 février 2019. Oli SCARFF / AFP

    Le parti travailliste britannique a annoncé lundi 25 février qu'il soutiendrait la tenue d'un second référendum sur le Brexit. Une décision significative alors que la direction du Labour s’était, jusque-là, montrée plus que réticente à faire clairement campagne en faveur d’un « vote du peuple ».

    Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

    Lors d’une réunion ce lundi 25 février, Jeremy Corbyn a expliqué aux députés vouloir « empêcher un Brexit conservateur destructeur » si la Chambre des communes rejetait le plan travailliste alternatif pour quitter l'Union européenne mercredi.

    Pourtant ces derniers mois, le dirigeant du Labour évitait soigneusement de soutenir ouvertement un second référendum tant le parti travailliste et ses électeurs sont divisés sur le Brexit.

    Seulement voilà, la semaine dernière, une première vague de députés Labour pro-européens ont décidé de quitter le parti à la fois à cause du style de Jeremy Corbyn mais aussi à cause de son refus d’honorer une promesse du Labour en faveur d’un second vote sur le Brexit.

    Ces défections très médiatisées ainsi que la pression de nombreux jeunes militants travaillistes, certes corbynistes mais aussi largement pro-européens ont joué un rôle important dans ce changement d’attitude tardif.

    Pas une bonne nouvelle pour Theresa May

    Ce retournement de situation au sein de la direction du Labour n’est pas une bonne nouvelle pour Theresa May. En effet, les parlementaires qui auraient peut-être fini par voter en faveur de son accord modifié afin d’éviter une sortie sans accord pourraient dorénavant être séduits par l’option d’un second référendum.

    La Première ministre subit désormais une pression intense afin de repousser la date du Brexit prévue le 29 mars à la fois de la part de nombreux dirigeants européens, mais aussi de ses propres ministres.

    Pour l’instant, Theresa May continue publiquement de rejeter cette perspective, mais pourrait être contrainte cette semaine par les députés de retarder le processus de sortie de l'Union européenne.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.