GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Italie: au Parti démocrate, des primaires à valeur de test politique

    media Ils sont trois candidats à la direction du Parti démocrate. Parmi eux, le gouverneur du Latium Nicola Zingaretti (d), ici le 9 février 2019. Andreas SOLARO / AFP

    Troisième force politique d'Italie, le Parti démocrate organise ce dimanche 3 mars des élections primaires pour permettre aux Italiens de choisir un nouveau leader au centre gauche. Le PD a fixé un objectif prudent de 1 million de votants. 

    Avec notre correspondante à Rome, Anne Le Nir

    Après sa déroute aux législatives de mars 2018, le Parti démocrate est-il capable de reconquérir des électeurs ? Les primaires de ce dimanche ont valeur de test. Il est d’autant plus important qu’il se tient à moins de trois mois des élections européennes.

    Sept mille bureaux de vote seront ouverts pour permettre aux sympathisants du Parti démocrate de choisir son nouveau dirigeant. L’ancien secrétaire et président du Conseil Matteo Renzi est hors compétition. Mais un de ses fidèles lieutenants, le député Roberto Giachetti, 57 ans, compte parmi les trois candidats. « Le Parti démocrate doit repartir des réformes lancées par Renzi », affirme-t-il. Notamment celles dans le domaine du travail.

    Pour le gouverneur du Latium Nicola Zingaretti, 53 ans, il faut au contraire enfin tourner la page de l’époque Renzi. Sans quoi « nous ne parviendrons pas à devenir une alternative crédible aux populistes », estime-t-il. Le secrétaire sortant, Maurizio Martina, 40 ans, rêve quant à lui d’une force « unie et plurielle qui récupère son esprit originel dont toute trace a été perdue », reconnaît-il humblement.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.