GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Estonie: des élections législatives sur fond de politique fiscale

    media Une membre du Parti de la réforme distribue des tracts, le 2 mars 2019, à Tallinn. Raigo Pajula / AFP

    Les Estoniens votent dimanche 3 mars pour élire les 101 députés du Parlement. Dirigé depuis 2016 par une coalition de centre-gauche, elle pourrait ne pas être reconduite. Deux partis arrivent en tête, le Parti du centre, au pouvoir, et le Parti de la réforme (libéral), dans l’opposition. Ils sont tous les deux talonnés par une formation conservatrice aux accents nationalistes.

    Avec notre correspondante à Vilnius, Marielle Vitureau

    Les partis politiques estoniens se sont écharpés au sujet dela fiscalité durant toute la durée de la campagne pour ces élections législatives. La mise en place d’un impôt progressif a fait beaucoup de déçus dans un pays qui se porte bien économiquement. Les salaires augmentent – 1 300 euros brut en moyenne – et le chômage n’atteint pas les 5%.

    L’autre sujet brûlant a été comment mettre en œuvre la réforme de l’enseignement dans les écoles russophones pour passer entièrement à l’estonien. Cela concerne environ un quart de la population du pays. Entre le Parti du centre et le Parti de la réforme, la compétition est féroce. Même si, au final, les deux pourraient former une large coalition gouvernementale, car sur toutes les autres questions, comme la sécurité, les deux partis sont sur la même longueur d’ondes.

    EKRE : un parti anti-européen, anti-migrants, et homophobe

    Une alliance avec le parti conservateur EKRE est quasiment exclue. Anti-européen, anti-migrants, homophobe, le parti est arrivé au Parlement il y a quatre ans avec sept sièges, comme un parti de la protestation contre la politique libérale. Sa montée aujourd’hui s’explique surtout par le contexte européen. Il entend s’imposer lors du scrutin européen et noue des contacts avec les nationalistes finlandais, allemands ou autrichiens.

    Pour l'heure, 39% des Estoniens ont déjà voté, soit en avance, soit par Internet. Une procédure autorisée depuis 2005.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.