GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Affaire Skripal: un an après l'empoisonnement, toujours autant de zones d'ombre

    media Des officiers de police montent la garde devant la maison de l'ex-agent russe Sergeï Skripal et de sa fille Ioulia le 6 mars 2018. REUTERS/Toby Melville

    Il y a un an, la petite ville de Salisbury, en Angleterre, devenait l’épicentre d’une nouvelle affaire d’empoisonnement d’un ancien agent russe. Sergueï Skripal et sa fille Ioulia s’effondraient sous l’effet d’un puissant agent neurotoxique. Hospitalisés dans le coma, ils se sont ensuite rétablis mais sont aujourd’hui gardés dans un lieu tenu secret par les autorités britanniques. La Russie, accusée par la Grande-Bretagne dans cette affaire, rejette ces accusations et critique la façon dont les Britanniques mènent l’enquête.

    « Salisbury : questions sans réponses », titre un rapport publié par l’ambassade de Russie à Londres, dénonçant des lacunes, des incohérences et un manque d'objectivité dans la version britannique de l'affaire. Elle s’interroge aussi sur l’état de santé de Sergueï et Ioulia Skripal.

    Des questions que se pose également Viktoria Skripal, la nièce de l’ex-agent russe. « On nous assure tout le temps que Skripal est bien vivant mais, depuis un an, on ne le voit pas et on ne l’entend pas, a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse à Moscou. La seule chose dont j’ai besoin, c’est que Sergueï Skripal appelle sa mère comme il le faisait avant une fois par semaine ou une fois tous les 15 jours. Je ne comprends pas ce qui l’en empêche. J’en viens à cette conclusion qu’il n’est tout simplement plus en vie. »

    Empoisonnement

    Londres accuse deux agents du renseignement militaire russe d’avoir empoisonné Sergueï Skripal et sa fille au Novitchok. Les auteurs présumés de l’attaque ont été identifiés par la police britannique.

    Un an après, Theresa May s'est rendue à Salisbury. La Première ministre n’a pas fait mention de l’enquête en cours mais est venue apporter son soutien aux habitants et aux commerçants. Pendant près d’un an, des spécialistes ont travaillé à la décontamination de la ville et de la commune voisine d'Amesbury, où une mère de famille avait été mortellement empoisonnée par du Novitchok en juillet.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.