GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    L'Allemagne veut la déchéance de nationalité pour certains «terroristes»

    media Des prisonniers soupçonnés d’appartenance à l'organisation Etat islamique, le 28 juin 2018 en Irak. IRAQ JUSTICE MINISTER / AFP

    En Allemagne, les partis au pouvoir, la droite conservatrice de la CDU-CSU et les sociaux-démocrates du SPD sont parvenus à un accord. Mais la future loi ne pourra pas être appliquée aux jihadistes aujourd'hui prisonniers en Syrie.

    L'accord gouvernemental prévoit que deux conditions doivent être remplies avant qu’un citoyen puisse perdre son passeport allemand : il doit être majeur et posséder une deuxième nationalité.

    En outre, seuls ceux qui rejoindront un groupe terroriste pourront être déchus de leur citoyenneté. Autrement dit, la future loi ne sera pas rétroactive et ne concernera donc pas les quelques centaines de ressortissants allemands partis rejoindre le groupe Etat islamique en Irak ou en Syrie et dont une partie se trouve aujourd’hui dans des prisons sous contrôle kurde, susceptibles de revenir en Allemagne pour être jugés.

    « Il est prévu d'introduire un amendement juridique pour que les Allemands de nationalités multiples qui se battent pour une milice terroriste perdent leur citoyenneté allemande », a indiqué Eleonore Petermann, porte-parole du ministère de l'Intérieur.

    Elargissement d'une loi existante

    Déjà depuis 1999, une loi permet de déchoir un citoyen allemand de sa nationalité s’il rejoint une armée régulière étrangère ou un groupe armé étatique. Le plan actuel va plus loin et inclut ceux qui combattent au sein d'un groupe non étatique (comme justement celui de l’Etat islamique).

    La décision reviendra aux ministères régionaux et non aux tribunaux comme l'avaient demandé les sociaux-démocrates. Pas question de traiter des binationaux comme des « citoyens de seconde zone », assure par ailleurs le gouvernement, il s’agit de punir ceux qui participeront aux combats d’une milice terroriste à l’étranger.

    Plus de 1 050 personnes, dont la moitié dispose de la nationalité allemande, ont gagné depuis l'Allemagne les zones qu'a contrôlées le groupe EI en Syrie et Irak.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.