GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Estonie: les libéraux du Parti de la réforme remportent les législatives

    media Kaja Kallas, leader du Parti de la réforme, qui a remporté les élections estoniennes du 3 mars 2019. Raigo PAJULA / AFP

    Les Estoniens ont choisi l’alternance. Le Parti de la réforme arrive en tête avec un écart plus large que ne le prédisaient les sondages. La coalition de centre-gauche aura tenu deux ans, pâtissant de cacophonies sur la fiscalité, malgré plusieurs avancées sociales. Plus de 60% des électeurs se sont déplacés aux urnes avec un nouveau record pour le vote par Internet, choisi par près d’un tiers des participants.

    Avec notre correspondante à Vilnius, Marielle Vitureau

    Après avoir dominé entre 2005 et 2016, le Parti de la réforme dirigé par Kaja Kallas, la fille de son précédent leader Siim Kallas et ex-députée européenne, revient sur le devant de la scène. Il a obtenu un tiers des sièges. Une large coalition entre le Parti de la réforme et le Parti du centre, plus à gauche et arrivé deuxième, semble la plus probable.

    Les deux formations réunissent 60 députés, plus que la majorité du Riigikogu, le Parlement estonien. De nombreux points de désaccord demeurent cependant. Le Parti de la réforme veut revenir à un taux unique d’imposition et introduire l’enseignement tout en estonien dès la maternelle.

    Douze sièges de plus pour EKRE

    La troisième force du Parlement est le parti conservateur EKRE avec 19 sièges, soit 12 de plus que dans le Parlement sortant. EKRE promet de réduire l'impôt sur le revenu et les taxes et développe une rhétorique nationaliste anti-migrants. La montée de ce parti s’explique tant par le contexte européen que par ses promesses sociales. Ses chances de faire partie de la coalition sont quasiment nulles, mais ce succès bouscule en tout cas l’image de l’Estonie à l’étranger, pays vu comme très européen, technologique et ouvert.

    Une situation à surveiller de près à quelques semaines du scrutin législatif européen.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.