GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Brexit: Theresa May accusée de vouloir acheter le soutien de députés du Labour

    media La Première ministre britannique Theresa May et le chef de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn, en novembre 2018 à Londres. Tolga AKMEN / AFP

    Le gouvernement britannique vient de lancer un programme de subventions aux régions défavorisées, souvent représentées par des députés travaillistes, pour officiellement les aider à absorber le choc du Brexit et la fin des aides européennes. Elle se retrouve accusée de vouloir monnayer leur soutien avant le vote de son accord de sortie de l'Union européenne, qui sera soumis au vote le 12 mars au Parlement.

    Avec notre correspondante à Londres,  Muriel Delcroix

    Intitulé le « Fonds pour des villes plus fortes », le programme de 1,8 milliard d’euros est surtout destiné aux circonscriptions du nord-ouest et du centre de l’Angleterre, et devrait s'étaler sur six ans après le Brexit. Mais cette initiative apparemment concoctée très récemment s'est immédiatement retournée contre le gouvernement, s'attirant des critiques de toute part.

    Certains députés conservateurs n’ont pas caché leur colère en découvrant que ces subventions seraient surtout destinées à des régions tenues par des élus travaillistes, tandis que le Labour a, pour sa part, dénoncé une manœuvre pour en réalité convaincre les députés de ces circonscriptions pro-Brexit de soutenir l'accord de retrait de Theresa May le 12 mars.

    La Première ministre a besoin de ces soutiens

    Le parti d’opposition accuse ainsi la Première ministre de vouloir acheter le vote de ces députés travaillistes. Il en veut pour preuve plusieurs réunions privées organisées ces derniers temps entre Theresa May et certains parlementaires travaillistes qui se disent prêts à soutenir son accord de retrait lorsqu’il sera de nouveau soumis au vote du Parlement.

    Au Royaume-Uni, les commentateurs politiques estiment qu’une trentaine de députés Labour pourraient accepter cet accord. Ils font remarquer que la Première ministre a effectivement besoin de leur soutien pour contrebalancer les « ultra brexiters » au sein de son propre parti conservateur. Des Torries qui vont probablement s’opposer à son accord jusqu’au bout.

    ► À relire : Brexit or not, quelles sont désormais les portes de sortie possibles ?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.