GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Italie: des centaines de migrants évacués d'un bidonville en Calabre

    media Photo prise dans le camp de migrants de San Ferdinando, dans le sud de l'Italie, le 5 juin 2018. Gianluca CHININEA / AFP

    Quelque 600 migrants ont été évacués d’un bidonville à San Ferdinando, en Calabre, selon le ministère de l'Intérieur italien. Comme promis par Matteo Salvini, également chef de la Ligue, leurs baraquements de fortune ont été entièrement rasés au sol par des bulldozers.

    Avec notre correspondante à Rome, Anne Le Nir

    Par le passé, le bidonville de San Ferdinando, proche des grandes exploitations agricoles de la Calabre, dont les champs d’orangers de Rosarno, a plusieurs fois été évacué puis reconstitué. Ce lieu de cabanes en carton et en tôle rouillée, sans eau potable, a accueilli jusqu’à 5 000 migrants durant les saisons de récolte.

    Au moment où des dizaines de policiers en tenue antiémeute sont arrivés avec les bulldozers, environ 600 Africains étaient présents. La décision de raser au sol le campement de San Ferdinando avait été annoncée par le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini au lendemain de la mort d’un jeune Sénégalais le 16 février, quatrième victime en un an d’incendies accidentels ou volontaires.

    Mais le chef de la Ligue s’était bien gardé d’annoncer une date précise. Les autorités italiennes ont promis de reloger les migrants dans des centres d’accueil. Toutefois aucun projet concret d’insertion sociale pour ces ouvriers agricoles qui travaillent souvent au noir pour 15 euros par jour n’a été présenté, déplorent les associations humanitaires.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.