GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Avril
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Jeudi 18 Avril
Aujourd'hui
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Brexit: Theresa May appelle les Européens à un «dernier effort»

    media La Première ministre britannique Theresa May lors de son discours à Grimsby, le 8 mars 2019. Christopher Furlong/Pool via REUTERS

    Alors que les discussions entre Londres et Bruxelles n’ont pas avancé cette semaine sur le Brexit, la Première ministre Theresa May a, lors d’un nouveau discours, appelé l’Union européenne à faire d’ultimes concessions pour débloquer la situation. « Un dernier effort » demandé aux 27 à quelques jours d’un second vote décisif sur l’accord de retrait au Parlement britannique.

    Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

    Theresa May a choisi une fabrique d’éoliennes dans la ville pro-Brexit de Grimsby pour donner un ultime souffle aux négociations avec Bruxelles et obtenir des concessions sur la clause du backstop nord-irlandais.

    « Mon message aux Européens est que c’est le moment d’agir, a déclaré la Première ministre britannique. Nous avons travaillé dur ensemble ces dernières années pour trouver un accord. Il nous faut juste un dernier effort pour calmer certaines inquiétudes de notre Parlement. Alors faisons le nécessaire pour que les députés soutiennent l’accord mardi prochain ! »

    Une supplique assortie d’une mise en garde aux députés britanniques contre la tentation de rejeter son accord de retrait conclu avec les 27. « Acceptez cet accord et nous quitterons l’UE ; rejetez-le et alors personne ne sait ce qu’il adviendra. Nous pourrions bien rester dans l’UE pendant plusieurs mois, nous pourrions partir, mais sans les protections qu’offre l’accord, nous pourrions ne jamais partir… »

    Néanmoins à Westminster, les parlementaires et en particulier nombre de Brexiters conservateurs semblent loin d’être convaincus par ce plaidoyer, tandis qu’à Bruxelles, les Européens paraissent pour le moment faire la sourde oreille.

    Brexit or not Brexit: quelles sont désormais les portes de sortie possibles?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.