GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Aujourd'hui
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Droites européennes: Orban envisage une alliance avec la Pologne

    media Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, pendant une séance au Parlement à Budapest, le 17 septembre 2018. REUTERS/Bernadett Szabo

    Alors que son parti est menacé d'être exclu du Parti populaire européen (PPE), le Premier ministre hongrois envisage de partir de lui-même. Voilà plusieurs mois que la formation qui regroupe les partis de droite et centre-droit européens désapprouve le gouvernement autoritaire, eurosceptique et xénophobe de Viktor Orban. Celui-ci persiste, il ne fera pas de concession sur ses valeurs.

    « Notre place n'est peut-être pas dans le PPE » a affirmé ce vendredi le Premier ministre hongrois, en ajoutant : « nous ne transigerons pas sur l'immigration et la défense de la culture chrétienne. »

    Viktor Orban sera dimanche en Pologne. Il a envisagé la possibilité d'un rapprochement entre son parti le Fidesz et le parti conservateur du président polonais, Droit et Justice (PiS).

    Une prise de parole qui résonne avec l'appel jeudi du quotidien Magyar Nemet. Le journal considéré comme un organe de communication officiel du parti d'Orban conseillait au Premier ministre de quitter le PPE et de créer une alliance avec les partis d'extrême droite au pouvoir en Italie, Autriche et Pologne.

    De son côté, l'Assemblée du PPE doit encore discuter du maintien du Fidesz dans la formation européenne. Une douzaine de partis membres avaient demandé son exclusion à moins que le parti accepte de se plier à plusieurs conditions.

    Victor Orban a notamment lancé une campagne accusant le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker l'accusant de soutenir l'immigration.

    Ecouter et lire aussi : La querelle Orban/Juncker peut-elle compromettre les chances du PPE aux élections européennes? (Le monde en questions)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.