GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Le gouvernement italien continue de se déchirer sur le projet de TGV Lyon-Turin

    media Cette photo prise le 1er février 2019 montre l'entrée du futur tunnel Lyon-Turin lors de la visite du ministre des Transports français sur le site de Saint-Martin-la-Porte, dans le sud-est de la France. JEAN-PIERRE CLATOT / AFP

    A trois jours de la date limite du 11 mars pour le lancement des avis d’appels à candidatures nécessaires à la poursuite du chantier de liaison Lyon-Turin, Rome ne parvient toujours pas à prendre une décision. Et pour la première fois, le vice- président du Conseil, Matteo Salvini, qui défend ardemment le projet, a évoqué la possibilité d’une rupture de l’alliance gouvernementale entre son parti d’extrême droite, la Ligue, et l’inclassable Mouvement 5 étoiles, anti-LGV, dirigé par Luigi Di Maio.

    Avec notre correspondante à Rome, Anne Le Nir

    Jeudi soir, Matteo Salvini, dont le parti est fortement soutenu par les entreprises du nord de l’Italie, semblait déterminé. Il a déclaré « J’irai jusqu’au bout et nous verrons qui a la tête la plus dure ! »

    Il faut dire que le vice-président du Conseil était particulièrement irrité par les propos du Premier ministre, Giuseppe Conte, qui pour la première fois, a exprimé publiquement ses « perplexités » sur l'utilité du Lyon-Turin, pour les Italiens.

    Une position pratiquement calquée sur celle du Mouvement 5 étoiles, opposé à la poursuite du chantier jugé « trop coûteux et désormais obsolète ».

    Ce vendredi matin, Matteo Salvini s’est radouci en assurant qu’il n’est « pas question de provoquer une chute du gouvernement parce qu’il y tant de choses à faire pour le pays. » Mais pour l’heure, Rome reste dans l’impasse.

    Un Conseil des ministres se tiendra donc ce vendredi soir pour tenter de trouver un compromis entre les deux pôles de la coalition au pouvoir.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.