GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 20 Juin
Vendredi 21 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Ukraine: des nationalistes assiègent l’administration présidentielle

    media Des militants nationalistes font face aux policiers, ce samedi 9 mars 2019, pendant la manifestation à Kiev. REUTERS/Gleb Garanich

    Des centaines de militants nationalistes se sont lancés à l’assaut de l’administration présidentielle, ce samedi à Kiev. La police les a contenus, trois agents des forces de l’ordre ont été blessés. Les radicaux réclamaient l’arrestation de proches collaborateurs du président Porochenko impliqués dans un scandale de corruption dans le domaine de la défense. L’incident s’inscrit dans le cadre de la campagne de la présidentielle du 31 mars prochain.

    Avec notre correspondant à Kiev, Sébastien Gobert

    Des défilés impressionnants à la chorégraphie des années 1930. Des slogans patriotiques et des insultes. Des barrières qui volent et des affrontements avec les policiers. C’est la manière des nationalistes de mener une campagne électorale.

    Le parti ultra-radical Natsionalniy Korpus est né du régiment nationaliste Azov dont certains membres sont ouvertement néonazis. Dans le cadre de la guerre contre la Russie, le parti a fait des questions militaires une priorité politique.

    Petro Porochenko est donc une cible, dans la mesure où lui et ses proches auraient détourné des fonds destinés à l’armée, à travers un circuit de contrebande. Les nationalistes ont utilisé ce scandale de corruption retentissant pour s’afficher dans la campagne.

    Le parti est très bas dans les sondages d’intention de vote, mais ses différentes organisations sont très actives. Une de ses milices paramilitaires s’est d’ailleurs enregistrée comme observatrice d’élection, et a déjà fait savoir qu'elle n’hésitera pas à recourir à la force en cas de fraude.

    Les nationalistes ne remporteront probablement pas l’élection du 31 mars, mais ils s’imposent comme une force de nuisance incontournable.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.