GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Mars
Dimanche 17 Mars
Lundi 18 Mars
Mardi 19 Mars
Aujourd'hui
Jeudi 21 Mars
Vendredi 22 Mars
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Brexit: et bis repetita ?

    media Les députés britanniques ont approuvé par 321 voix contre 278 un texte qui exclut l'hypothèse d'une sortie non négociée «quelles que soient les circonstances» de l'Union européenne, mercredi 13 mars au soir, à la Chambre des communes. REUTERS/Dylan Martinez

    « Si vous êtes paumés ne vous inquiétez pas, c’est le cas de tout le monde » : c’est avec ces mots qu’un présentateur de la BBC a ouvert son journal après les votes hier soir à la chambre des communes. Une journée marquée par la confusion dans les débats et dans la manière de les mener. Même si les députés, c’est acté, refusent une sortie sans accord de l’Union Européenne.

    avec notre envoyée spéciale à Londres

    On ne sait toujours pas ce que veulent les députés britanniques, mais on en sait un peu plus sur ce qu’ils ne veulent pas : une sortie sèche, un « no deal » comme on dit outre-manche, c’est non ! Certes, et les «brexiters» les plus durs se sont empressés de le rappeler dès les résultats connus, ces votes ne sont pas juridiquement contraignants, autrement dit, ils n’écartent pas la possibilité d’une sortie brutale « par accident », mais Theresa May l’avait promis avant le vote dont le résultat est surprise, elle va respecter l’avis des parlementaires… comme toujours, à sa manière.

    Vote ce jeudi et mercredi prochain

    Sa proposition ? Un vote mercredi prochain, veille de conseil européen à Bruxelles, sur l’accord négocié avec l’UE, soit le texte qu’elle n’a même pas pu présenter en décembre, qui a été rejeté avec une claque historique en janvier, refusé encore très largement mardi soir.

    Ce jeudi, les parlementaires sont invités à se prononcer sur l’échéancier: 
    -soit cette fois c’est un oui, et à ce moment-là Theresa May demandera aux Européens un délai « technique » pour la sortie, jusqu’au 30 juin (il s’agit juste d’adapter la législation)
    -soit c’est non et encore non : à ce moment-là la Première ministre demandera un long report de la date de sortie aux 27, et la tenue d'élections européennes au Royaume-Uni.

    En réalité il s’agit d’une sorte d’ultimatum aux récalcitrants, et principalement aux «brexiters» durs de son camp, en les menaçant de reporter aux calendes grecques le Brexit si jamais ils ne votent pas son accord. En réalité, personne ne croit ici que cela suffira pour faire passer le texte mercredi prochain. Tous parlent déjà d’un potentiel 4e vote. A la condition cependant qu’il soit autorisé par le speaker de la chambre des communes, John Bercow : faire voter 4 fois sur un même texte pourrait apparaître comme un manque de respect des parlementaires.

    Confusion totale dans chez les Tories

    Des comportements et pratiques inédites dans cette très ancienne démocratie parlementaire, on en a pourtant encore vu une flopée rien que la journée d’hier. 

    Pendant que Theresa May toujours pratiquement sans voix avalait compulsivement des pastilles contre la toux sur les bancs de la Chambre des communes, assistant à des débats menés par Michael Gove -un de ses rivaux qui rêve de prendre sa place-, la confusion totale était chez les Tories.

    Personne, y compris au sein du gouvernement, n'a voté dans le même sens… On a aussi vu, et c’était inimaginable jusqu’ici à Londres, un membre du gouvernement défendre devant les députés un accord avec l’Union européenne «à la norvégienne» et deux autres plaider pour une «sortie sèche». Tout en somme, sauf ce que défend d’arrache-pied la locataire de Downing Street.

    Un ministre fidèle à Theresa May disait quelques heures avant les débats à la BBC : « Il faut qu'on enferme ces gens jusqu'a ce qu'ils se mettent d'accord ! »
    Remarque de la journaliste: « vous êtes dans le gouvernement c’est à vous de le faire ! »
    Réponse du ministre: « Vous parlez à la bonne personne, je suis ministre des prisons ! »

    Inquiétude dans le monde des affaires

    Au-delà de ce type de pirouette très britannique, le monde des affaires commence à paniquer sérieusement. Les rumeurs répétées et répétitives sur un départ de Theresa May ou sur des elections générales, les votes qui se suivent et comme une routine du blocage qui s’installe, les milieux economiques britanniques n’en peuvent plus.

    La livre sterling ne décroche pas mais les patrons multiplient les messages alarmistes sur les risques d'une sortie désordonnée de l'Union européenne, et ils en ont assez d'attendre de savoir ce qui va se passer.

    Ils ont raison a dit en substance hier Philip Hammond. Le chancelier de l'Echiquier (ministre des Finances NDLR)  présentait hier un point d'étape sur l'economie du pays. Austère et longiligne, celui qui est surnommé « Phil le comptable » a déclaré devant les députés : « Un nuage d'incertitude plane au-dessus de notre économie ». L’institut officiel a d'ailleurs réduit sa prévision de croissance pour 2019 de 1,6 à 1,2%.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.