GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 21 Avril
Lundi 22 Avril
Mardi 23 Avril
Mercredi 24 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 26 Avril
Samedi 27 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Russie-Etats-Unis: un oligarque russe poursuit le Trésor américain

    media Oleg Deripaska, le 22 juin 2018 (image d'illustration). REUTERS/Sergei Karpukhin/File Photo

    Un oligarque russe lance des poursuites contre le Trésor américain. Oleg Deripaska accuse le ministère des Finances de lui imposer des sanctions qu’il juge illégales et qui lui ont déjà fait perdre des milliards de dollars. Si les mesures de rétorsion imposées à son groupe ont été levées au début de cette année, l’homme d’affaires reste, lui, sous le coup des sanctions imposées dans le cadre de l’enquête sur la supposée ingérence russe dans la présidentielle américaine. Des sanctions qu’il espère voir levées, s’estimant injustement pris pour cible.

    « J'ai passé 30 ans de ma vie à créer des entreprises qui sont des acteurs majeurs de l'économie mondiale et je ne laisserai pas ce travail acharné (…) être détruit par des intrigues politiques », c’est ce que déclare Oleg Deripaska par la voix de son porte-parole dans le journal russe Vedomosti. Le magnat russe de l’aluminium ajoute sur son compte Twitter, « les politiciens américains m'ont qualifié d’"ennemi" et de "criminel" sans aucune preuve ».

    Oleg Deripaska figure depuis 2018 sur la liste des sanctions américaines. Ce proche des cercles du pouvoir russe a eu des relations d'affaires avec Paul Manafort, l’ancien directeur de campagne de Donald Trump, condamné à un total de sept ans et demi de prison, notamment dans le cadre de l’enquête russe.

    Le milliardaire a accepté de réduire ses participations au sein du géant de l’aluminium Rusal, et de sa filiale En + Group, ce qui a conduit à une levée des sanctions visant ses entreprises en janvier 2019. Mais lui-même reste sous le coup de ces restrictions qui, selon la plainte déposée contre le Trésor américain ont conduit à « la destruction complète de sa réputation et de sa richesse », évaluée, au début du mois, par le magazine Forbes à plus de 3 milliards et demi de dollars.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.