GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Avril
Lundi 15 Avril
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 19 Avril
Samedi 20 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Royaume-Uni: une nouvelle semaine cruciale pour le Brexit

    media Les drapeaux britannique et européen flottent devant le palais de Westminster, où devrait avoir lieu cette semaine un troisième vote sur l'accord de retrait de l'UE. REUTERS/Tom Jacobs

    Il y a comme un air de déjà vu au Royaume-Uni. A onze jours du 29 mars, le pays s’apprête à vivre une nouvelle semaine cruciale. Les députés britanniques doivent se prononcer, pour la troisième fois, sur l’accord de sortie de l’Union européenne. La semaine dernière, le texte a été rejeté par 391 voix contre 242. Pour l’heure, rien ne dit que Theresa May pourra obtenir une majorité, le jeu reste ouvert.

    L’incertitude est tellement grande que deux ministres britanniques ont même émis l’hypothèse que Theresa May renonce à soumettre son accord de retrait au vote des députés.

    Le texte ne sera présenté que si le gouvernement a la certitude qu’il recueillera un nombre suffisant de voix, affirme le ministre des Finances Philip Hammond.

    Même tonalité du côté de son homologue chargé du Commerce international : pour Liam Fox, il « sera difficile de justifier d'organiser un vote si on est sûrs de le perdre ».

    Car pour l’instant, le compte n’y est pas. Theresa May a besoin de convaincre 75 parlementaires supplémentaires pour l'emporter. Fidèle à elle-même, dans une tribune au Sunday Telegraph, elle a de nouveau prévenu que le Royaume-Uni pourrait se retrouver coincé sans pouvoir quitter l’UE pendant des mois, voire des années.

    Une menace dont elle espère qu’elle finira par faire plier les députés du DUP nord-irlandais, son allié au Parlement, et les eurosceptiques purs et durs de son parti, pressés d’en finir avec l’Union européenne.

    De son côté, Jeremy Corbyn trouve « ridicule » que le texte soit présenté une troisième fois aux députés. En cas de nouveau rejet, le chef du parti travailliste n’a pas renoncé à son idée de renverser le gouvernement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.