GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Avril
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Jeudi 18 Avril
Aujourd'hui
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    La Turquie et l'Iran mènent une opération conjointe contre le PKK

    media Le ministre turc de l'Intérieur Suleyman Soylu (ici en décembre 2016) a annoncé ce 18 mars, une opération conjointe entre la Turquie et l'Iran contre les rebelles kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). ADEM ALTAN / AFP

    En Turquie, le ministre de l’Intérieur a annoncé ce 18 mars le début d’une offensive militaire contre le parti des travailleurs du Kurdistan, le PKK, une opération menée conjointement avec l’armée iranienne. La Turquie et l’Iran formalisent ainsi leur collaboration contre le PKK alors que les deux pays sont en total désaccord sur d’autres dossiers, notamment sur le dossier syrien.

    De notre correspondant à IstanbulAlexandre Billette

    C’est la première fois qu’une telle opération est lancée ou, du moins, qu’elle est officiellement évoquée : Ankara et Téhéran vont mener des offensives conjointes contre les rebelles du PKK, le PKK qui utilise depuis des années la région frontalière entre les deux pays, une zone montagneuse, pour faire passer ses combattants d’un pays à l’autre.

    Mais l’annonce d’aujourd’hui pourrait avoir des conséquences régionales plus importantes encore, puisque le fief du PKK se trouve dans les montagnes du nord de l’Irak. Les opérations conjointes de la Turquie et de l’Iran pourraient donc se dérouler dans le ciel irakien : une première pour les deux pays opposés sur la question syrienne, mais qui collaborent de plus en plus étroitement pour lutter contre le PKK turc qui dispose d’un parti frère dans l’ouest de l’Iran.

    Cette annonce tombe à point nommé pour le pouvoir turc, qui multiplie les opérations de séduction à destination de l’électorat nationaliste avant les élections municipales du 31 mars prochain.

    On est surtout dans une phase de communication de la part de la Turquie, les Iraniens étant beaucoup plus mesurés dans la mise en avant de leur coopération militaire avec la Turquie...

    Boris James, chercheur associé à l'Institut français du Proche-Orient 18/03/2019 - par Oriane Verdier Écouter
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.