GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
Lundi 22 Avril
Mardi 23 Avril
Aujourd'hui
Jeudi 25 Avril
Vendredi 26 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Pays-Bas: attaque d'Utrecht, la piste terroriste «sérieusement» suivie

    media Des fleurs sont installées sur les lieux de la tuerie, le 19 mars à Utrecht. REUTERS/Piroschka van de Wouw

    La piste de l'attaque terroriste semble désormais « sérieusement » étudiée dans l'enquête sur la tuerie qui a fait trois morts, lundi 18 mars, dans un tramway à Utrecht, aux Pays-Bas, ont annoncé mardi les enquêteurs. Ceux-ci assurant n'avoir trouvé « aucun lien » entre le suspect principal d'origine turque et les victimes.

    « A ce stade, un motif terroriste est pris en compte sérieusement » pour l'attaque d'Utrecht qui a fait trois morts et sept blessés (bilan réactualisé), ont indiqué dans un communiqué commun le parquet et la police locale, qui ont interpellé au total trois suspects. Ils ont expliqué se baser sur une lettre retrouvée dans la voiture du suspect principal, Gökmen Tanis, un homme de 37 ans né en Turquie. Ce dernier a été arrêté lundi à l'issue d'une chasse à l'homme de huit heures. Une arme à feu a été saisie lors de son interpellation, ont précisé les enquêteurs.

    Qui est le principal suspect ?

    Peu de temps auparavant, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte avait cependant affirmé qu'on ne pouvait « exclure » d'autres pistes que la motivation terroriste, notamment celle d'une dispute familiale. « Les autres motifs ne sont pas exclus, ils sont aussi l'objet d'investigations », ont renchéri mardi le parquet et la police. Outre le suspect principal, deux autres hommes âgés de 23 et 27 ans étaient encore en garde à vue le 18 mars après leur arrestation lundi soir. Aucune précision n'a été donnée sur leur degré d'implication présumé.

    Selon la radio-télévision publique néerlandaise NOS, Gökmen Tanis avait comparu il y a deux semaines en justice aux Pays-Bas dans une affaire de viol. Certains membres de sa famille auraient des liens avec des groupes de musulmans radicaux mais, a encore précisé NOS, l'homme est également connu pour son comportement instable depuis la séparation d'avec sa femme il y a deux ans. Des témoins de la tuerie dans le tramway ont rapporté que le tireur avait pris pour cible une femme et des personnes tentant de l'aider, selon des médias.

    Solidarité avec les Pays-Bas

    Sur cet homme déjà connu de la justice néerlandaise, considéré comme le suspect principal, les services de renseignement turcs sont en train de « rassembler des informations », a indiqué lundi soir le président turc Recep Tayyip Erdogan. « Certains disent que (la fusillade) est un différend familial, d'autres disent que c'est un acte terroriste », a-t-il ajouté lors d'un entretien avec la chaîne de télévision turque Ulke TV. L'Union européenne, les Etats-Unis et la Russie notamment ont exprimé leur solidarité avec les Pays-Bas.

    (Avec AFP)

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.