GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 20 Juin
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
Dimanche 23 Juin
Aujourd'hui
Mardi 25 Juin
Mercredi 26 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Brexit: la presse britannique s'insurge contre John Bercow

    media Le président de la Chambre des communes, John Bercow, lors d'une intervention devant le Parlement à Londres, le 18 mars 2019. Reuters TV via REUTERS

    L’annonce surprise de John Bercow, le président de la Chambre des communes, domine les Unes des quotidiens britanniques ce mardi 19 mars, après sa décision d’exclure un troisième vote sur l'accord de retrait de l’Union européenne.

    Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

    Une grande partie de la presse accuse John Bercow d’avoir provoqué une crise constitutionnelle. Le Daily Express le rebaptise « Le pourfendeur du Brexit » et s’étrangle de rage face à un président de la Chambre des communes « narquois » qui pourrait obliger Londres à implorer Bruxelles de lui accorder un report pouvant « durer des mois ».

    La Daily Mail n’est pas tendre non plus avec John Bercow, le traitant de « moulin à parole despotique » quand le Times le traite de« vandale surexcité », accusé par le gouvernement de « saboter le Brexit » et l’accord de divorce de Theresa May. De leur côté, le Telegraph et le Guardian sont pour une fois d’accord et parlent de « chaos constitutionnel » qui va contraindre Theresa May à demander aux Européens une longue extension.

    Theresa May en quête d'une alternative

    En attendant, la Première ministre s’est enfermée avec ses conseillers pour trouver une parade à cette décision. Une des options considérées, selon un ministre, serait de laisser les députés décider d’ignorer ou non la convention vieille de 400 ans invoquée par John Bercow, et s’ils votent dans ce sens de leur soumettre comme prévu l’accord de retrait une troisième fois la semaine prochaine.

    La Première ministre n’arrivait pas de toute façon jusque-là à rassembler une majorité en faveur de son accord de divorce. Elle pourrait donc se rendre au sommet européen de Bruxelles jeudi et vendredi pour demander une extension au Brexit dont la durée dépendrait de l’approbation de son accord au Parlement.

    REPORTAGE

    Nous n'avons pas de gilets jaunes mais il y aura des émeutes et ils auront ça sur leur conscience car ils ne respectent pas la démocratie.

    Les Brexiters furieux 19/03/2019 - par Béatrice Leveillé Écouter
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.