GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Avril
Lundi 15 Avril
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 19 Avril
Samedi 20 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Le pape François refuse la démission du cardinal Barbarin

    media Le pape François et le cardinal Barbarin, le 18 mars 2019, au Vatican. Reuters

    Le pape François a invoqué la « présomption d'innocence » en refusant la démission de Mgr Barbarin, a indiqué ce dernier dans un communiqué. L'archevêque de Lyon attend maintenant son procès en appel suite à sa condamnation en France à six mois de prison avec sursis pour non-dénonciation d'atteintes sexuelles d'un prêtre.

    Au lendemain de l'audience privée du cardinal Barbarin au Vatican, on a appris ce mardi 19 mars la teneur de la rencontre avec le pape François.

    « Lundi matin, j'ai remis ma mission entre les mains du Saint-Père. En invoquant la présomption d'innocence, il n'a pas voulu accepter cette démission », a dans un premier temps annoncé Philippe Barbarin par communiqué, en précisant qu'il se mettrait « quelque temps » en retrait au diocèse de Lyon.

    Le cardinal Barbarin avait été condamé le 7 mars à six mois de prison avec sursis par la justice française pour non-dénonciation d'atteintes sexuelles d'un prêtre.

    → A lire aussi : Barbarin condamné: un dossier délicat pour le pape François

    La réaction du Saint-Siège est sobre, à l’image de sa communication dans cette affaire Barbarin, rapporte notre correspondant au Vatican, Eric Senanque. Répondant à quelques journalistes, le porte-parole du Vatican, Alessandro Gisotti, a confirmé que le pape François n’avait pas accepté la démission du Primat des Gaules, et laissé l’archevêque de Lyon face à ses responsabilités : « Conscient, cependant, des difficultés que connaît actuellement l’archidiocèse, le Saint-Père a laissé le cardinal Barbarin libre de prendre la décision la plus appropriée pour son diocèse. Le cardinal Barbarin a donc décidé de se mettre en retrait pour quelque temps et de demander au père Yves Baumgarten, vicaire général, de prendre la conduite du diocèse. »

    « Le Saint-Siège tient à redire sa proximité avec les victimes d’abus, avec les fidèles de l’archidiocèse de Lyon et avec toute l’Église de France qui vivent des heures douloureuses », a également précisé Alessandro Gisotti. Dans cette affaire Barbarin, le pape François aura toujours fait preuve d’une extrême prudence, et le Saint-Siège a préféré laisser parler l’archevêque.

    En évoquant la présomption d’innocence du cardinal Barbarin, le pape prend le risque d’être impopulaire et de rendre floue sa politique de « tolérance zéro » concernant les affaires d’abus sexuels dans l’Eglise, mais montre sa confiance dans la justice laïque.

    Un scénario qui surprend

    Le président de la Conférence des évêques, Mgr Georges Pontier, s'est montré surpris : « Je suis étonné, je ne m'attendais pas à ce scénario qui est intermédiaire entre les deux scénarios prévisibles, à savoir l'acceptation de sa démission par le pape ou son refus », a-t-il confié à l'Agence France-Presse. Une situation qu'il analyse comme un « conflit entre deux exigences » : celle de « respecter le cheminement de la justice » et celle de «se préoccuper du bien du diocèce de Lyon».

    L'association La Parole libérée, qui regroupe les victimes du père Bernard Preynat, a vivement réagi sur ce refus du pape et dit qu'il s'agissait de « l'erreur de trop ». « Cela me paraissait improbable, que [le Pape] puisse faire une telle erreur. C'est incroyable », estime François Devaux, son cofondateur.

    En 2016, le cardinal Barbarin avait déjà proposé sa démission au pape qui l'avait écartée en attendant une décision de justice, toujours concernant cette affaire de pédophilie du père Bernard Preynat.

    C'est scandaleux ! [...] Au final, c'est un peu d'huile en plus sur le feu qu'ont les victimes en elles, de tous ces abus et de tous ces rebondissements judiciaires qui nous ruinent psychologiquement, financièrement, moralement....

    Pierre-Emmanuel Germain-Thill, porte-parole de l'association La parole libérée 19/03/2019 - par RFI Écouter
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.