GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Septembre
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Brexit: les Européens accueillent avec réserve la demande de report au 30 juin

    media Le président du Conseil européen Donald Tusk, ce mercredi 20 mars, pendant son discours. REUTERS/Toby Melville

    Les Européens sont très réservés face à la requête de Theresa May. La Première ministre britannique demande un report court du Brexit au 30 juin. Theresa May veut éviter à son pays une sortie sans accord et donc sans filet. Il faut maintenant l'approbation des 27 autres Etats membres de l'UE. Pour le président du Conseil européen Donald Tusk, c'est « oui » pour ce report, mais à la condition que les députés à Londres valident l'accord négocié avec Bruxelles. Dans le cas contraire, la France a, elle, prévenu qu'elle s'opposera à un tel report du Brexit. Les événements s'enchaînent très vite désormais.

    C’est un feuilleton plein de rebondissements. Après une journée étrangement calme, les choses s’accélèrent. Le président du Conseil européen Donald Tusk ayant répondu à la demande d’extension de Theresa May en conditionnant cette extension à l’adoption de l’accord de sortie la semaine prochaine par le Parlement. Si la cheffe du gouvernement britannique arrive finalement à dégager une majorité à Londres pour le traité de retrait de l'Union européenne, Bruxelles pourrait lui accorder un court délai supplémentaire qui servirait avant tout à transposer l'ensemble des textes européens en lois britanniques.

    Au menu du dernier sommet européen avant les élections de mai

    Ce dossier est à l'ordre du jour du dernier Conseil européen avant les élections de mai, qui s'ouvre à la mi-journée à Bruxelles. Les Européens vont devoir, malgré eux, endosser le rôle d'arbitres de la crise britannique. Faut-il accepter la demande d'extension de Londres ? La réponse est plutôt positive même si Paris a les pieds sur le frein : l'Elysée laisse dire que sans garanties suffisantes, Emmanuel Macron pourrait mettre son veto… En réalité, personne n'a vraiment envie de porter la responsabilité d'un non accord, de se faire pointer du doigt par les populistes, et cela en pleine campagne européenne. Reste le débat sur la longueur de l'extension, avant les élections européennes de la fin mai, jusqu'à la fin juin. Et quelles garanties demander ? Pas sûr que les 27 actent leur décision à ce sommet. Ce qui les réunit, en tout cas, c’est une très grande lassitude. Theresa May doit ce soir leur fournir des explications avant leur dîner. La Première ministre britannique ne va sans doute pas passer un très bon moment.

    Les trois options sur la table pour les députés britanniques

    Les députés britanniques, qui avaient averti la cheffe du gouvernement que sa stratégie consistant à les mettre au pied du mur en faisant adopter son accord au dernier moment était un déni de démocratie, voient leurs choix se rétrécir : il leur reste seulement trois options : une sortie brutale le 29 mars sans accord, une sortie ordonnée en adoptant l’accord qu’ils ont rejeté deux fois ou pas de Brexit du tout.

    Les parlementaires veulent pouvoir débattre et réclament non pas un délai mais une nouvelle proposition du gouvernement. Theresa May a rencontré les leaders de l’opposition dans la soirée, rapporte notre envoyée spéciale à Londres, Béatrice Leveillé. La Première ministre s'est ensuite exprimée depuis Downing Street, sa résidence. « Aujourd'hui, j'ai écrit à Donald Trusk, le président du Conseil européen, pour lui demander un court report de l'article 50 jusqu'au 30 juin afin de donner du temps aux parlementaires de prendre une décision définitive », a déclaré Theresa May.

    La cheffe du gouvernement britannique s'est dite « déterminée » à mener à bien le Brexit, appelant solennellement les députés à soutenir son accord de divorce, déjà rejeté massivement à deux reprises par la Chambre des communes. «  Il est grand temps que nous prenions une décision. Jusqu'à présent, le Parlement a tout fait pour éviter de faire un choix... J'espère passionnément que les députés soutiendront l'accord que j'ai négocié avec l'UE », a-t-elle déclaré lors de son adresse à la nation.


    Reportage à Londres : de plus en plus de manifestants devant Westminster

    La pression s’accentue sur les députés et les manifestants sont de plus en plus nombreux devant Westminster et, désormais, les Européens sont de la partie.

    Les Britanniques ne sont plus seuls à protester contre le Brexit devant Westminster, des Européens ont rejoint le camp des anti-Brexit comme Marie, une Italienne  qui vit à Londres depuis quarante ans : « Pour les Européens qui vivent dans ce pays, c’est une trahison ! C’est comme s’ils nous fichaient dehors mais ils le font légalement. Ils veulent rester entre eux, ce n’est pas bien ».

    Chris arbore fièrement un drapeau irlandais au milieu des drapeaux européens qui flottent devant le Parlement britannique. « Si on a un Brexit, dit-il, le pays sera ruiné et le Nord d’où je viens est terrifié par le retour des violences, c’est déjà le cas. Et quand vous avez une frontière, vous avez des trafics et nous avons une sorte de mafia là-bas. »

    Tous les Irlandais de Londres et beaucoup d’autres Européens participeront à la marche organisée samedi pour demander un nouveau referendum sur le Brexit.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.