GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Brexit: patronat et syndicats supplient Theresa May de changer d'approche

    media Des anti-Brexit manifestent devant le siège de la Commission européenne, ce jeudi 21 mars, à Bruxelles (Photo d'illustration). REUTERS/Yves Herman

    A Londres, patronat et syndicat britanniques ont joint leurs efforts pour demander à Theresa May de changer d’approche sur le Brexit face à ce qu’ils estiment une situation d’« urgence nationale » à huit jours de la date théorique de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

    Avec notre correspondante à Londres,  Muriel Delcroix

    « Les différentes entreprises et communautés à travers le pays ne sont pas prêtes à faire face à une sortie brutale sans accord. Le choc sur l’économie se ferait sentir pendant plusieurs générations. » Le ton est grave et la supplique faite à deux voix : celle de Frances O’Grady, secrétaire générale de la confédération syndicale TUC, et celle de Carolyn Fairbairn, directrice générale de l’organisation patronale CBI.

    Trouver un « Plan B »

    Dans cette lettre très courte mais très directe, les deux représentantes sonnent l’alarme et souhaitent être reçues au plus vite par Theresa May. La CBI et le TUC exigent un « plan B » pour éviter de choisir entre l’accord rejeté par deux fois par les députés et un Brexit sans accord. Les deux organisations évoquent le besoin d’une « nouvelle approche  » soit à travers la tenue de votes indicatifs au Parlement ou un autre mécanisme de compromis.

    Syndicats et patronat soulignent que l’heure désormais doit être à l’union des forces pour trouver une solution et non pas à rejeter la faute sur les autres. Une allusion claire aux déclarations particulièrement virulentes la veille de Theresa May qui a rendu les députés responsables de l’impasse actuelle et qui depuis a été sévèrement critiquée d’avoir eu recours à un ton et une tactique incendiaires dans un climat volatile.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.