GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Royaume-Uni: une pétition anti-Brexit récolte plus de 4 millions de signatures

    media Un opposant au Brexit, le visage peint, à Bruxelles, le 21 mars 2019. REUTERS/Yves Herman

    Une pétition sur le site internet du Parlement britannique, déposée le 20 février, remporte un mois plus tard un succès fulgurant. Si cet appel n’a pas de valeur contraignante, le gouvernement doit tout de même y apporter une réponse alors que des dizaines de milliers de partisans d'un nouveau référendum sont attendus dans les rues de Londres ce samedi après-midi.

    Plus de 3 millions de signatures le 22 mars, plus de 4 millions le 23 : la pétition « Revoke Article 50 and remain in the EU », c’est-à-dire « désactiver l’article 50 et rester dans l’UE » n’en finit plus d’affoler les compteurs. Lancée le 20 février, elle a eu un succès relatif le premier mois, avant d'exploser en quelques jours.

    La doléance créée par une certaine Margaret Anne Georgiadou ambitionne de prouver que la « volonté du peuple » n’est pas de « sortir de l’UE », contrairement à ce « qu’affirme avec insistance le gouvernement britannique ». Multiplier les signatures permettrait d’après l’auteure de l’appel de « prouver la force actuelle du soutien public au maintien dans l’UE ».

    Le texte semble avoir bénéficié de son large relais au sein des groupes d’influences opposés au Brexit, en plein échec de la ratification par le Parlement de l’accord sur la sortie de l’Union européenne négocié par Theresa May. Les précédentes pétitions pro ou anti Brexit disponibles sur le site ont également eu du succès, mais sans commune mesure. Elles oscillent entre 30 000 et 455 000 signatures pour un texte favorable à un « no deal ».

    Des pétitions peu ou pas suivi d’effet

    Est-ce à dire que le gouvernement va devoir revoir sa copie ? Pas du tout. Ces pétitions sont consultatives, mais pas contraignantes. Depuis 2006 – d’abord sur le site du gouvernement, puis depuis 2015 sur celui du Parlement – tout citoyen britannique peut soumettre une pétition de son choix. Celle-ci ayant (largement) dépassé les 10 000 signataires, le gouvernement britannique doit y répondre. Quant au Parlement, il a le devoir de considérer la possibilité d’un débat sur le sujet – une fois les 100 000 signatures atteintes –, mais n’a pas d’obligation d’en organiser un.

    En aucun cas, en revanche, le gouvernement n’est tenu de respecter les demandes des pétitionnaires, quel que soit leur nombre à la clôture de l’appel. Une pétition similaire, qui a obtenu près de 150 000 signatures en février a ainsi entraîné un débat le 11 mars et reçu pour réponse du gouvernement un refus de renoncer à l’article 50, sans autre conséquence.

    Il faut donc prendre cette pétition comme un marqueur, un instantané d’une partie de l’opinion publique britannique, mais certainement pas comme un moyen pour les partisans du « Remain » d’imposer leur volonté.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.