GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Une visite de Xi Jinping à Paris sur fond de méfiance française et européenne

    media Emmanuel Macron et Xi Jinping à la Villa Kérylos de Beaulieu-sur-Mer (France), … Le président français Emmanuel Macron et le président chinois Xi Jinping à la Villa Kérylos de Beaulieu-sur-Mer (France), le 24 mars 2019. REUTERS/Jean-Paul Pelissier

    Le président chinois Xi Jinping entame, ce lundi 25 mars, le volet officiel de sa visite en France où Emmanuel Macron tentera de le persuader de jouer selon les règles d'un multilatéralisme mal en point.

    Xi Jinping est à Paris pour une visite de trois jours en France, qui a commencé ce dimanche à Nice par un tête-à-tête des présidents chinois et français, et qui clôt une mini-tournée européenne en Italie et à Monaco. L’Italie a signé samedi un protocole d’accord sur sa participation aux nouvelles routes de la soie, ce gigantesque système de liaisons ferroviaires et maritimes censées promouvoir le commerce et la coopération entre les pays d’Asie et d’Europe. Ce qui inquiète Paris et une partie des capitales européennes, pour qui ces routes sont un peu trop chinoises.

    Emmanuel Macron à la manœuvre

    Depuis le début de son mandat, le président français fait entendre une voix critique sur l’initiative chinoise « one belt, one road », les nouvelles routes de la soie portées par Xi Jinping depuis son arrivée au pouvoir en 2012. En janvier 2018, lors d’un discours à Xi’an, dans le centre de la Chine, Emmanuel Macron soulignait que ces routes devaient fonctionner dans les deux sens. Il l’a encore répété il y a dix jours lors de sa tournée en Afrique de l’Ouest, rappelant que « les routes de la soie sont des routes ouvertes par Marco Polo, et elles ont fonctionné dans les deux sens », précisant : « Je crois à l’esprit d’équilibre ». Un discours prononcé sur un continent où la Chine – comme la France – est très présente.

    Ce qui inquiète politiques et spécialistes européens, c’est que les nouvelles routes de la soie fonctionneraient à près de 90% avec des produits chinois – produits financiers, infrastructures, normes… « Ce n’est absolument pas le projet gagnant-gagnant, le projet réciproque que nous vendent les Chinois », explique Sophie Boisseau du Rocher, auteure du livre La Chine e(s)t le monde. « L’important, maintenant, c’est d’amener Xi Jinping et son équipe à revoir leur copie afin que l’Europe ne se sente pas lésée par la mise en œuvre des routes de la soie, et au contraire y contribue pleinement. Et qu’effectivement, on parvienne à corriger cette asymétrie ».  

    Pour Sophie Boisseau du Rocher, l’objectif premier de Pékin avec ses routes de la soie est de créer des connexions maritimes et ferroviaires pour commercer plus facilement avec l’Europe, à l’heure où la croissance chinoise ralentit. Mais pour devenir la première puissance mondiale, la Chine doit pouvoir imposer ses technologies, ses innovations et ses normes au reste du monde, « comme les Etats-Unis l’ont fait à un certain moment ». Il s’agit donc peut-être et surtout pour Pékin de profiter des technologies et des innovations technologiques européennes de pointe « pour non seulement capter de la technologie mais aussi réussir à créer de la technologie qui nous sera imposée par la suite », estime la spécialiste.

    Mais il est encore temps pour la France comme l’Europe de changer la situation, avec une Chine plus motivée qu’avant pour discuter, alors qu’elle est en pleines négociations avec les Etats-Unis de Donald Trump. « Pékin souffre plus qu’elle ne veut bien le reconnaître devant la guerre commerciale qui est menée par le président américain », explique Valérie Niquet, de la Fondation pour la recherche stratégique. Et avec cette croissance qui continue de ralentir, Pékin a besoin « de l’Europe et notamment de la France, qui joue un rôle important depuis le Brexit dans les impulsions qu’elle peut donner notamment au niveau de l’Union européenne ».

    Difficiles négociations européennes

    Mais la France est méfiante. Depuis quelques jours, Emmanuel Macron appelle à trouver une position européenne commune vis-à-vis de la Chine. La semaine dernière, il a initié plusieurs discussions au niveau européen, soulignant que « le temps de la naïveté européenne » dans les relations avec la Chine est révolu. Et il a convié la chancelière allemande Angela Merkel et le président du Conseil européen Donald Tusk à venir rencontrer, eux aussi, Xi Jinping ce mardi à Paris.

    Pour autant, le bras de fer entre la Chine et les Américains peut aussi se retourner contre l’Europe. « Il y a déjà eu une loi en Chine pour faire en sorte que les investissements étrangers soient facilités, donc je pense que l’accord sur les investissements a des chances quand même de progresser », concède Emmanuel Dubois de Prisque, de la revue Monde Chinois Nouvelle Asie. Mais selon lui, sur le commerce international, les Chinois s’apprêtent à lâcher beaucoup de lest côté américain, ce sera donc délicat de faire des concessions côté européen.

    « Les Chinois aujourd’hui sont tentés de favoriser les Américains, parce que c’est ce que demande Trump, affirme-t-il, parce que la dépendance chinoise à l’égard des technologies américaines est aujourd’hui très importante. On a vu ce qui s’est passé il y a peu pour l’entreprise de télécommunications ZTE, qui a failli disparaître du simple fait de sanctions américaines ». Les Chinois sont beaucoup plus inquiets de ce qui peut se passer du côté américain que du côté européen, et donc davantage prêts à des compromis d’un côté que de l’autre. D’où peut-être l’importance pour Emmanuel Macron de ce front uni qu’il compte présenter demain à Xi Jinping, avec à ses côtés la chancelière allemande et le président du Conseil européen.

    A (re)lire : Après Monaco, Xi Jinping en France pour trois jours

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.