GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 11 Juin
Mercredi 12 Juin
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Aujourd'hui
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Theresa May s'engage à démissionner pour sauver son accord de Brexit

    media La Première ministre britannique Theresa May, quittant le 10 Downing Street, le 27 mars. REUTERS/Alkis Konstantinidis

    La Première ministre Theresa May a annoncé, mercredi 27 mars, qu'elle quitterait ses fonctions si son accord de Brexit était adopté, cédant aux appels de nombreux députés britanniques, y compris dans son propre camp, qui réclamaient son départ pour soutenir ce texte.

    « Il faut que cet accord soit approuvé pour réussir le Brexit », a déclaré Theresa May au Comité 1922, une instance du Parti conservateur, selon un communiqué diffusé par ses services. « Je suis prête à quitter ce poste plus tôt que je l'imaginais pour faire ce qui est bénéfique à notre pays et à notre parti », a-t-elle ajouté.

    Des élus conservateurs avaient rapporté quelques instants plus tôt qu'elle les avait informés qu'elle démissionnerait si la Chambre des communes ratifie l'accord de Brexit conclu entre Londres et Bruxelles et entériné fin novembre par les dirigeants
    européens. May « s'en ira si l'accord passe », disait l'un d'eux, résumant le propos de la dirigeante britannique devant les membres du Comité 1922 où siègent tous les élus tories à l'exception de ceux assumant des fonctions ministérielles. S'exprimant sous couvert de l'anonymat, il a ajouté : « Ça suggère qu'elle partira après un accord. »

    « J'ai entendu très clairement quel était l'état d'esprit des parlementaires du parti », insiste Theresa May dans son communiqué. « Je sais qu'il y a un désir pour une nouvelle approche - et une nouvelle direction - dans la seconde phase des négociations du Brexit, et je n'y ferai pas obstacle. »

    Par deux fois déjà, elle a tenté de le faire ratifier. Le 15 janvier, le texte a été rejeté par 432 voix contre 402. Le 12 mars, la marge s'est réduite mais l'accord a encore été repoussé, par 391 voix contre 242. Pour renverser la donne et réussir son pari, la dirigeante britannique a donc besoin de convaincre 75 parlementaires.

    En s'engageant ainsi à démissionner, Theresa May abat ce qui ressemble à sa dernière carte pour tenter de faire adopter le traité de retrait de l'UE qu'elle a négocié pendant de longs mois avec Bruxelles.

    (Avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.